En direct

Un cocon de béton, de verdure et de verre
Un bâtiment protecteur, installé dans un contexte marqué par la banalité d’une urbanisation diffuse. - © PHOTOS : LUC BOEGLY

Un cocon de béton, de verdure et de verre

Margot Guislain, avec Jacques-Franck Degioanni |  le 07/12/2018  |  Grand Prix de l’ingénierie Equerre d'argentEquerre d'argent 2018VerreMoselle

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Grand Prix de l’ingénierie
Equerre d'argent
Equerre d'argent 2018
Verre
Moselle
Réalisations
Valider

Equerre d'argent -

A Metz, ce centre de soins psychiatriques protège ses patients autant qu'il les projette vers le paysage.

A l'orée du quartier des Hauts-de-Queuleu, au bord de la départementale qui conduit à l'hypercentre de Metz (Moselle), un édifice d'aspect brutaliste apporte enfin une identité à ce secteur à l'urbanisation diffuse. Conçu par l'agence Richter Architectes et Associés, le bâtiment abrite le centre de consultations et de soins psychiatriques de Jury. Son expressivité architecturale, loin d'être systématique dans les réalisations de l'agence, trouve ici sa justification, dans cette entrée de ville sans repères, pour y faire naître une urbanité. « Offrir une ouverture sur la ville tout en préservant l'intimité des patients, faire écho au paysage, en protégeant l'individu : chaque projet résout d'apparentes contradictions. Mais la conception d'un centre de soins psychiatriques, dédié à un public fragile au ressenti exacerbé, donne à ces enjeux une importance singulière », soulignent les architectes.

Parois vivantes. La réalisation du parvis crée ainsi l'espace public urbain manquant, en plus d'une séquence d'entrée progressive. La végétation, omniprésente sur le site, prend naissance dans la frange boisée qui borde la parcelle, se répand en un tapis de verdure, accompagne la traversée du parvis pour venir enfin creuser le volume via des jardins intérieurs aux ambiances différenciées. C'est aussi à la nature que renvoie la coque en béton brut qui ceint l'édifice : lignes épurées, surface rugueuse à la teinte tirant sur le vert… Dans le cadre du 1 % artistique, le plasticien Grégoire Hespel a fait affleurer par endroits les granulats incorporés à la formulation du béton, créant ainsi de subtiles variations de teintes et de textures qui rendent les parois vivantes. Une intervention effectuée en toute indépendance par l'artiste, qui témoigne d'un véritable « lâcher-prise » de la part des architectes, le plus souvent soucieux d'un béton brut impeccablement réalisé.

Si le volume est continu, l'espace intérieur se divise en deux unités de soins étanches : l'une pour les enfants, l'autre pour les adultes. Un bloc abritant les circulations, les sanitaires et quelques locaux du personnel fait office de tampon. Les bureaux forment également une séparation entre les deux parties. Si la coque périphérique en béton protège efficacement des regards extérieurs, à l'intérieur, des jeux constants de transparence, modulés selon le degré d'intimité nécessaire, multiplient les vues d'une aile à l'autre à travers les arbres des patios ; entre les pièces par des panneaux vitrés, etc. Les ouvertures dans l'enveloppe sont réglées pour offrir des vues vers l'environnement boisé et le grand paysage de Metz, faisant oublier la zone d'activités. Même la station-service, de l'autre côté de la route, prend soudain les allures d'une toile d'Edward Hopper.

La continuité spatiale, qui permet aux patients et personnels de s'approprier facilement les lieux, est renforcée par l'emploi d'un même matériau pour chaque élément de l'ouvrage : coque de béton brut, menuiseries intérieures bois, menuiseries extérieures en aluminium, etc. « Ce projet démontre que l'architecture peut émerger partout, y compris là où on l'attend le moins. Il montre également qu'elle s'adresse à tous, même à des êtres en souffrance. Enfin, ce bâtiment enveloppant résonne du dialogue constant avec le paysage », a apprécié le jury.

Maîtrise d'ouvrage : centre hospitalier de Jury.
Maîtrise d'œuvre : Richter Architectes et Associés, mandataire.
BET : CTE Mulhouse (structure), Solares Bauen (fluides, HQE), G. Jost (électricité), C2BI (économiste, OPC), B. Kubler (paysagiste), G. Hespel (plasticien).
Principales entreprises : Demathieu Bard (terrassement, gros œuvre), EJL Lorraine (aménagements extérieurs), Engie (CVC), BST (étanchéité).
Surface : 2 200 m2 SP.
Montant des travaux : 5,4 millions d'euros HT.

PHOTO - 16010_962285_k3_k1_2236646.jpg
PHOTO - 16010_962285_k3_k1_2236646.jpg - © PHOTOS : LUC BOEGLY
PHOTO - 16010_962285_k4_k1_2236648.jpg
Des jeux de transparence sont ménagés entre le paysage et les espaces intérieurs. - © PHOTOS : LUC BOEGLY

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur