En direct

Un cluster d’entreprises pour faire prospérer la géothermie française
Geodeep entend faire participer les entreprises françaises à la construction de 20 centrales sur cinq ans - © © Association française des professionnels de la géothermie

Un cluster d’entreprises pour faire prospérer la géothermie française

Christian Robischon (Bureau de Strasbourg du Moniteur) |  le 03/07/2014  |  Energies renouvelablesFrance entièreInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Energies renouvelables
France entière
International
Valider

Rassembler les compétences françaises pour construire rapidement 20 centrales de géothermie profonde dans le monde représentant 1,5 milliard d’euros de travaux : une dizaine d’industriels partage cet objectif dans un tout jeune cluster.

Geodeep, le nom de leur groupement, rassemble ingénieristes (BRGM, CFG Services, GPC- IP, Teranov), fabricants de matériels (Cryostar, spécialiste des turbines), constructeurs (Alstom, Clemessy-groupe Eiffage), exploitants et maintenanciers (Cofely-GDF Suez) et développeurs de projets géothermiques (ES Géothermie filiale d’EDF, Fonroche, Electerre). L’Association française des professionnels de la géothermie (AFPG) et le Syndicat des énergies renouvelables (SER) en font également partie.

Les membres du cluster
Les membres du cluster - © © Christian Robischon/Le Moniteur



Ce noyau dur entend s’ouvrir à tous les savoir-faire français susceptibles d’intervenir dans l’étude, la conception, la réalisation et l’exploitation de centrales géothermiques. « Nous sommes entrés en contact avec 56 entreprises. Dans l’univers de la construction, cette énergie peut présenter des débouchés pour les bureaux d’études et ingénieristes, les entreprises de génie civil, les fabricants et poseurs de tuyauteries, les réseaux de distribution, etc. », signale Sylvain Brogle, directeur développement pour l’international de l’installateur électrique Clemessy.

Puissance électrique cumulée de 300 mégawatts

Geodeep entend faire participer les entreprises françaises à la construction de 20 centrales sur cinq ans représentant une puissance électrique cumulée de 300 mégawatts électriques, « ce qui représente un peu moins de 10 % du marché mondial estimé à 800 MW installés par an », précise Alain Chardon, directeur de l’activité « cleantechs » chez Cap Gemini Consulting qui accompagne le cluster. Ces projets représenteraient 1,5 milliard d’euros de travaux cumulés.

Les industriels se positionnent sur deux technologies de la géothermie profonde entre 1 000 et 6 000 mètres de profondeur : la géothermie volcanique exploitant la remontée de terrains, et l’EGS (Enhanced Geothermal System)  à partir de l’infiltration d’eau dans des zones naturelles de fraction.

« La première est la plus courante dans le monde autour de trois zones majeures : Antilles-Amérique Latine, Rift africain, Indonésie », indique Sylvain Brogle. La seconde est développée en France métropolitaine où 25 permis de forage sont aujourd’hui obtenus ou en instruction selon Geodeep. « Notre pays possède  une avance scientifique dans l’EGS qu’il lui reste à transformer en avance industrielle », complète Jean-Jacques Graff, directeur d’ES Géothermie.

Au total, les membres du cluster visent  10 centrales EGS, 4 volcaniques dans les départements et régions d’outre-mer et  6 ailleurs dans le monde, en cogénération électricité-chaleur.

Pour convaincre les donneurs d’ordre publics et privés, mais aussi les financeurs, il brandit l’atout d’un  montage inédit : un fonds de garantie du risque géologique qu’il espère porter à 100 millions d’euros. L’outil apporterait une couverture contre les risques d’échecs durant les différentes étapes. Dans les cinq à dix premières années d’exploration et de développement de projet, le client verserait une prime de type prime d’assurance qui lui garantirait le remboursement de 60 % des investissements de forage. Puis il verserait des royalties pendant les 15 premières années de fonctionnement de la centrale.

Geodeep compte boucler en fin d’année ce tour de table de 100 millions d’euros selon une répartition en  50 % de fonds publics et 50 % de fonds privés.

 

Commentaires

Un cluster d’entreprises pour faire prospérer la géothermie française

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Montage et exploitation d’un projet éolien

Montage et exploitation d’un projet éolien

Date de parution : 05/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur