En direct

Un centre de recherche pour les énergies marines renouvelables verra le jour près de Nantes
Le projet de Technocampus Océan a été dessiné par Rocheteau-Saillard. - © © Rocheteau-Saillard – Lecarpentier

Un centre de recherche pour les énergies marines renouvelables verra le jour près de Nantes

Jean-Philippe Defawe (Bureau de Nantes du Moniteur) |  le 22/01/2014  |  Loire-AtlantiqueProduits et matérielsInnovationTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Recherche et développement
Loire-Atlantique
Produits et matériels
Innovation
Technique
Valider

Mercredi 22 janvier a été posée la première pierre de Technocampus Océan, plateforme de recherche technologique de l’IRT Jules-Verne dédiée aux procédés métalliques et aux structures en mer.

Implantée à Bouguenais, près de Nantes, à proximité de Technocampus EMC², plateforme de recherche dédiée aux matériaux composites, Technocampus Océan sera un centre de recherche et d’innovation technologiques au service des filières navale et Energies Marines Renouvelables (EMR). Ce pôle d’expertise offrira des espaces communs dédiés notamment aux projets collaboratifs de l’Institut de Recherche Technologique Jules-Verne, ainsi que des locaux privatifs, loués par des entreprises et des écoles. DCNS sera l’occupant industriel majoritaire avec près de 50% des 16 817 m² (SP) d’ateliers, de laboratoires et de bureaux. La plateforme regroupera environ 350 chercheurs et techniciens issus de l’IRT Jules-Verne, de DCNS, Dassault Systèmes, STX, ACB, HydrOcean, Alstom et des grandes écoles d’ingénieurs et laboratoires (Ecole Centrale de Nantes, Université de Nantes, ICAM)

Pose de la première pierre.
Pose de la première pierre. - © © Région Pays de la Loire

Concrètement, ce centre  va devoir s’atteler à des défis technologiques des filières navales et énergies marines, tels que : quels nouveaux alliages métalliques développer, plus légers et plus performants ? Quelles nouvelles méthodes d’assemblage et quels procédés de soudage mettre en œuvre pour construire des structures plus résistantes et moins coûteuses ? Comment concevoir différemment, en développant l’utilisation de technologies de simulation numérique ?

Une identité maritime forte

Conçu par le cabinet nantais Rocheteau-Saillard, le projet architectural affirme une identité maritime forte. Les façades en béton, isolées par l’extérieur, seront habillées de cassettes en acier laqué dont le motif (une photo de Philippe Plisson) exprime la mer. La répétition de ce motif sur la façade de la plateforme viendra sublimer le bâtiment, que les vues soient proches ou éloignées. Pour sa part, la façade des ateliers sera habillée de bois pour que, selon les architectes, ces « masses » se fondent le plus possible dans l’environnement boisé qui les borde. D’un montant d’environ 40 millions d’euros (dont 23,1 millions financés par la région), les travaux devraient se terminer au printemps 2015. Les principales entreprises sont : Blanloeil (VRD), Eiffage Construction (clos couvert hors façades et second œuvre), Cofely Axima (bardage), Sofradi (menuiseries), Eiffage Énergie Thermie (chauffage, ventilation), Cofely Ineo (électricité)

Commentaires

Un centre de recherche pour les énergies marines renouvelables verra le jour près de Nantes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur