En direct

Un câble en fibres synthétiques révolutionne le levage

Gilles Rambaud |  le 12/09/2014  |  IngénierieInnovationTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ingénierie
Innovation
Technique
Valider
Innovation -

Il y a deux ans, Liebherr introduisait pour la première fois de la fibre de carbone dans une grue en utilisant ce matériau pour les tirants d’une flèche treillis [voir Le Moniteur Matériels du 7 septembre 2012, p. 37]. Aujourd’hui, c’est son concurrent Manitowoc qui innove en dévoilant le premier câble de grue en fibres synthétiques. Montée sur une Grove RT770E  une grue tout-terrain d’une capacité de 65 t , cette nouveauté est d’abord destinée aux grues mobiles. Les ingénieurs de Manitowoc se sont rapprochés de ceux de Samson, un spécialiste américain du cordage. Ensemble, ils ont travaillé à un produit pouvant se substituer aux câbles d’acier. Il en ressort le KZ100, un câble en polyéthylène qui affiche des caractéristiques de résistance à la traction quinze fois plus élevées que celles d’un câble en acier de même diamètre. Sauf qu’il est 80 % plus léger. Pourquoi chercher à alléger un engin auquel on ajoute des contrepoids ? C’est le poids mort de la flèche, à l’avant, qui limite la capacité de la grue. Chaque kilogramme gagné à cet endroit se ressent directement dans la force au crochet. Or le câble représente un poids mort important, surtout quand le crochet est mouflé en plusieurs brins. Ainsi délestée, la flèche peut lever plus lourd dans la même position ; ou, au choix, lever la même charge mais avec une portée plus longue  c’est l’option qu’a choisie Manitowoc pour sa Grove RT770E. Mais les avantages du câble en polyéthylène ne se résument pas à son poids plume. Il présente également une structure avec un moment de torsion nul : il ne peut pas vriller, ce qui supprime la rotation de la charge et réduit en outre les risques de séparation des brins et d’endommagement du câble. Mieux : il ne nécessite aucune lubrification, ce qui préserve les poulies du moufle. Manitowoc et Samson ont voulu s’assurer de la longévité de leur nouveau produit : 7 500 m de câbles KZ100 ont été testés, soit en laboratoire, soit en conditions réelles, ce qui représente quelque 14 000 cycles d’essais. Cette campagne s’étant avérée concluante, Manitowoc a dévoilé sa nouveauté à grand renfort de publicité, parlant d’un produit « révolutionnaire ». Au vu des possibilités qu’offre ce nouveau matériau, il faut admettre que le mot n’est pas galvaudé.

PHOTO - 806988.BR.jpg
PHOTO - 806988.BR.jpg - © manitowoc

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur