En direct

Un cœur de ville à prendre au fil de l'eau
Le centre-ville Maine (damier blanc et noir) et la ZAC quai Saint-Serge (jaune) sont deux sites déterminants du projet Angers Coeur de Maine. - © VILLE D'ANGERS

Un cœur de ville à prendre au fil de l'eau

Dossier réalisé par Jean-Philippe Defawe |  le 16/11/2018  |  AménagementUrbanismeMaine-et-Loire

Angers Cœur de Maine -

L'ambitieux projet de reconquête des rives du cours d'eau, lancé en 2010, a survécu au changement de majorité. Mais la nouvelle équipe municipale a clairement imprimé sa marque.

C'était le grand projet structurant d'Angers : 320 hectares traversés par une voie rapide sur 6 km de rives à aménager en plein centre-ville. Présentée comme « un acte fort qui allait faire entrer la ville dans une autre étape de son histoire », l'opération Rives Nouvelles, lancée en 2010 par le maire PS Jean-Claude Antonini, puis reprise par son successeur PS Frédéric Béatse, a mobilisé les meilleurs urbanistes du moment. Sélectionnées en novembre 2010, les équipes menées par François Grether, Finn Geipel et Reichen & Robert ont développé leurs propositions avec, dans leur viseur, cette voie rapide.

A l'issue d'une large concertation, le projet porté par François Grether et Phytolab (avec le bureau de planification MRS et les bureaux d'études SCE et Contrepoint) s'est imposé comme une évidence. Désignée en 2012 pour assurer pendant neuf ans la maîtrise d'œuvre urbaine du projet, l'équipe Grether-Phytolab proposait notamment de créer, le long du rivage, un jeu de plissements permettant une descente en gradins vers l'eau. Un plan-guide est alors créé en vue de propulser la ville dans une nouvelle ère… pour une facture estimée à près de 200 millions d'euros sur vingt-cinq ans. « Trop long et trop cher » pour Christophe Béchu, alors dans l'opposition, qui avait pourtant, comme une majorité d'Angevins, voté pour ce projet lors de la consultation.

Une priorité pour le nouveau maire. Elu maire en 2014, Christophe Béchu considère le dossier de l'aménagement des berges de la Maine comme une priorité. Mais ce changement de majorité allait-il mettre fin à l'ambitieux projet de François Grether ? Contre toute attente, le courant passe entre le jeune élu et l'urbaniste chevronné. « Les grands axes de réflexion sont les mêmes, mais nous avons pris en compte de nouvelles demandes, comme le passage du tramway », assure l'urbaniste Paul-Armand Grether, qui a pris le relais de son père. A l'époque, les [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Hors-série Le Moniteur - Annuel Immobilier 2019

Hors-série Le Moniteur - Annuel Immobilier 2019

Presse - Vente au n°

Prix : 35.00 €

Voir

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur