En direct

Un béton qui conduit et produit de l’électricité en 2035 ?
Les sept étudiants marseillais, lauréats du concours "Les apports du béton dans l'univers de la construction en 2035", entourés de leurs professeurs, et de Patrick Guiraud et Nicolas Luttringer du Syndicat national du béton prêt à l'emploi (SNBPE). - © © DR
Evénement

Un béton qui conduit et produit de l’électricité en 2035 ?

Anthony Laurent |  le 23/10/2015  |  BétonConception-réalisationEnergieBouches-du-RhôneProduits et matériels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Béton
Conception-réalisation
Energie
Bouches-du-Rhône
Produits et matériels
Valider

Dans le cadre d’un concours organisé par le Syndicat national du béton prêt à l’emploi (SNBPE), des élèves ingénieurs de Marseille ont conçu un béton capable de transporter et de produire de l’électricité : le « béton capacitif ». Une solution technique « lumineuse » pour les bâtiments et les villes de demain ?

Que deviendra le béton dans 20 ans ? Pour les étudiants de l’IUT Génie Civil de Polytech Marseille, qui ont remporté le premier prix du concours « Les apports du béton dans l’univers de la construction en 2035 », organisé par le Syndicat national du béton prêt à l’emploi (SNBPE), le béton conduira et produira de l’électricité ! En se prêtant au jeu de la prospective technique, ces élèves « futurologues » – et leurs professeurs – ont ainsi donné naissance au « béton capacitif ».

« Ils sont partis de leurs propres besoins, en termes de consommation énergétique (smartphones, ordinateurs…) et ils ont réfléchi à la façon dont le matériau le plus utilisé dans la construction pouvait répondre à ces besoins, dans le but in fine d’optimiser la conception de nos bâtiments et même l’aménagement de nos villes », indique Nicolas Luttringer, délégué régional Sud-Est au SNBPE, parrain de la promotion 2017 de l’école marseillaise.

Un béton composé de fibres de carbone...

Permettant de s’affranchir du réseau électrique classique, ce béton innovant est composé, non pas de fibres métalliques, mais de fibres de carbone. « Les fibres métalliques ne permettent pas de créer un réseau complet dans le matériau. De plus, elles ont tendance à l'alourdir », explique Nicolas Luttringer. Et d’ajouter : « Les étudiants ont en revanche démontré que la conductivité électrique du béton composé de fibres de carbone était comparable à celle du cuivre. »

Les applications de ce béton sont potentiellement nombreuses. Hormis le fait de supprimer les prises électriques dans les bâtiments, il pourrait être employé pour aider les malvoyants à se déplacer en ville. « Nous pouvons imaginer des systèmes de capteurs reliant le sol en béton capacitif aux chaussures de ces personnes, ou encore des dispositifs d’assistance connectés à des caméras », fait savoir Nicolas Luttringer. Ce béton conducteur d’électricité pourrait également permettre d’alimenter directement des transports collectifs en site propre (TCSP) – comme les tramways –, et ainsi supprimer les réseaux de câbles aériens qui obstruent souvent le ciel en centre-ville.

… qui crée sa propre électricité grâce à l’énergie solaire

Plus encore, mis en œuvre avec un béton photovoltaïque, il serait capable de créer sa propre électricité grâce à l’énergie solaire. Parcouru de fibres optiques luminescentes, le « béton capacitif » pourrait, en outre, éclairer les murs ou les trottoirs, en permettant dans le même temps aux villes de maîtriser leur consommation électrique. Enfin, ce « matériau d’avenir » pourrait contribuer à l’esthétique de certaines infrastructures, en améliorant par exemple l’environnement visuel à l’intérieur d’un tunnel ou l’intégration urbaine d’un ouvrage d’art. « Les étudiants se sont basés sur des techniques existantes et ils les ont poussées au maximum de leurs potentialités, en faisant appel à leur imagination et à la nôtre… », résume Nicolas Luttringer.

Les sept lauréats du concours d’idées du SNBPE ont été à l’honneur, devant près de 400 personnes, lors de la vingtième édition du colloque « Le Pont », l’un des événements les plus importants dans le domaine du génie civil et des ouvrages d’art, qui s’est tenu à Toulouse, les 14 et 15 octobre derniers. Réunis en plusieurs groupes, 33 élèves de Polytech Marseille (sur 47) avaient concouru en soumettant six dossiers. Le jury était composé de professionnels adhérents au syndicat et de professeurs du département génie civil de l’école de Marseille. Le concours devrait être reconduit l’année prochaine. A bon entendeur !

Commentaires

Un béton qui conduit et produit de l’électricité en 2035 ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Guide de la commande publique

Guide de la commande publique

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil