En direct

Un béton plus économe bientôt expérimenté
Le béton est imprimé en 3D grâce à un coffrage hydrosoluble. - © Werner Sobek/Ilek

Un béton plus économe bientôt expérimenté

Paul Falzon |  le 11/04/2022  |  BétonImpression3DEconomie circulaireFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Technique
Béton
Impression3D
Economie circulaire
France
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

En vue du festival Les Utopies Constructives qui se tiendra fin septembre à Richelieu en Indre-et-Loire, une passerelle de 10 m va être construite en utilisant un béton à gradient fonctionnel. Il permet d’optimiser les quantités de matières utilisées.

Un béton qui conserve ses qualités structurelles, mais réduit l’utilisation des ressources et, partant, son empreinte carbone : c’est sur cette ambition que le festival Les Utopies Constructives prépare sa première édition, du 23 au 25 septembre prochain à Richelieu (Indre-et-Loire). La manifestation va accueillir une première mondiale, la réalisation d’un ouvrage d’art dans lequel le béton est réparti de manière fonctionnelle, à partir d’un coffrage inscrit dans l’économie circulaire.

Le béton à gradation fonctionnelle a été développé par Werner Sobek, fondateur du laboratoire allemand Ilek. « Le béton à gradation fonctionnelle s’inspire directement des efforts repris par le squelette humain : plus il y a d’efforts à reprendre, plus on ajoute de matière. La méthode permet d’optimiser les volumes de matières, mais aussi d’alléger les ouvrages en laissant plus de place à la lumière », résume Marc Hymans, ingénieur structure et architecte, et membre fondateur des Utopies Constructives via le collectif Beta.

Construction d'une passerelle prototype

L‘innovation concerne la méthode de fabrication des éléments en béton à gradation fonctionnelle. Pour produire ces structures complexes de manière écologique, l’Ilek a conçu une nouvelle méthode de coffrage consistant à imprimer en 3D un mélange hydrosoluble composé de sable et d’un liant organique. « Cette technique permet de produire les formes les plus complexes tout en évitant de produire des déchets : on ouvre la possibilité de réutiliser les matières constituant du coffrage à l’infini », explique Daria Kovaleva, chercheuse associée et responsable du projet à l’Ilek.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Un béton plus économe bientôt expérimenté

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil