En direct

Un appel à idées pour transformer les entrées de ville
Le parc d'activités du pays de Thann par TOA - © © TOA

Un appel à idées pour transformer les entrées de ville

le 28/10/2013  |  France entièreAcierSecond œuvreArchitectureCommunication

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Projets
France entière
Acier
Second œuvre
Architecture
Communication
Paris
Haut-Rhin
Bas-Rhin
Gers
Haute-Garonne
Produits et matériels
Valider

Spécialisée dans la fabrication de charpente en acier profilé à froid, l’entreprise Frisomat présente à Batimat l’opération Cross talents 2013 : un appel à idées auprès de trois agences d’architecture pour renouveler les zones d’activités des entrées de ville et leurs bâtiments formatés.

"En tant qu’industriel et constructeur de bâtiments d’activités, nous avons notre part de responsabilité dans le développement des zones d’activités désolantes qui mitent les entrées de ville", reconnaît Philippe Somers, directeur général de Frisomat Belgique, entreprise spécialisée dans les structures en acier à haute résistance profilé à froid. Ce constat a incité l’industriel à lancer l’opération Cross talents 2013. Trois agences d’architecture -Cardete et Huet à Toulouse, Patriarche & Co à Chambéry et TOA à Strasbourg et Paris- étaient donc invitées à recomposer des entrées de ville plus amènes, en recourant bien sûr aux procédés du fabricant.

Evolutivité

"Nous voulons montrer que nos composants structurels ont la capacité de s’insérer dans leur environnement et de changer l’image des bâtiments d’activités", ajoute Joris Vanden Broeck, directeur général de Frisomat France. Les architectes devaient aussi réfléchir à leur évolutivité, pour les adapter à de nouvelles fonctions. En revanche, elles étaient libres de choisir l’implantation, et on peut regretter sur ce point que l'appel à idées n'ait pas eu plutôt pour objet la rénovation des entrées de ville existantes, où peu à peu les boîtes à chaussures deviennent des friches. A ce regret près, chaque équipe s’est employée à donner une cohérence architecturale et urbaine à ce programme, en y important des logements et des équipements, en questionnant son échelle, et en minimisant les nappes de parkings habituelles au profit d’espaces publics et paysagers.

Les propositions des trois équipes seront dévoilées au salon Batimat et présentées par leurs architectes le 7 novembre à 15H30, lors de la conférence « entrées de ville : une vision novatrice par Cross Talents » dans l’espace lounge d’A vivre éditions (Hall 5B). Deux autres conférences sont programmées : « architecture métallique et densification urbaine » et « bâtiments industriels et industrialisés face à la RT 2012 ». En savoir plus: www.frisomat.fr

Cardete et Huet : « La mixité des programmes avant tout »

L'entrée de Gimont par Cardete et Huet
L'entrée de Gimont par Cardete et Huet - © © Cardete et Huet

Le choix de l’équipe Cardete et Huet s’est porté sur l’entrée de Gimont (Gers), une bastide-rue de 3500 habitants en pleine expansion non loin de Toulouse, et qui doit être mise en relation avec un futur contournement routier. La création d’une nouvelle zone d’activités aux portes du bourg offre cette possibilité. Aux bâtiments artisanaux et industriels de Frisomat, les architectes ajoutent un programme de logements et d’équipements. Tous sont réalisés à partir des portiques Faltro de l'industriel, habillés de vêtures autoporteuses en brique ou bois. Leurs variations de hauteur permettent de constituer différentes entités urbaines et même des toitures végétalisées accessibles. L’espace public est soigné car "il fabrique la qualité des entrées de ville. Il faut donc éviter de privatiser des mégas parcelles. La commune doit rester gestionnaire des zones d'activités", insistent les architectes.

Patriarche & Co: "En finir avec la façade enseigne"

L'avenue de Chambéry par Patriarche & Co
L'avenue de Chambéry par Patriarche & Co - © © Patriarche & Co

La RN 6 aux portes de Chambéry (Rhône-Alpes) est caractéristique du développement commercial anarchique des entrées de ville. Les architectes de Patriarche & Co pointent la consommation excessive des surfaces agricoles périurbaines qui a cours autour de la ville pour aménager les zones d’activités et leurs nappes de parking. Ils proposent de les densifier, en logeant le stationnement en demi-niveau sous les constructions, qui reste ainsi éclairé et ventilé naturellement. Ils jouent aussi sur les échelles, en ordonnant le long d’un mail végétalisé de petits bâtiments, au bardage bois ou métal, qui recomposent un microcosme à "échelle humaine pour les visiteurs". A rebours des façades enseignes habituelles, un travail sur la profondeur des parcelles est mené pour aller chercher les vues lointaines sur la chaîne montagneuse de Belledonne et le Mont Revard. Les plateaux des enseignes sont reliés par des coursives et distribués par des circulations verticales extérieures. Ils sont construits à partir de portiques, positionnés tous les 6 mètres, qui autorisent un cloisonnement souple, et donc la flexibilité des programmes.

Avec TOA, le pignon devient icône

Le parc d'activités du pays de Thann par TOA
Le parc d'activités du pays de Thann par TOA - © © TOA

Créé en 2005, le parc d’activités du pays de Thann, 50 ha, est implanté entre deux villages, Aspach-le-Haut et Vieux-Thann (Haut-Rhin), de part et d’autre de la RD 103. Dans ce contexte rural, les architectes de TOA choisissent d'agir sur les pignons des bâtiments, « seuls éléments de liberté ». Aussi, pour les mettre en valeur et en faire les nouvelles icônes de ces paysages commerciaux, l’implantation des bâtiments est-elle perpendiculaire à la route. Chaque fonction - halle pour le stockage ou l’atelier, bureaux ou logement- est associée à un volume de manière à maîtriser son architecture mais aussi à répondre aux objectifs de performance énergétiques pour chacun d’eux. Les architectes proposent également une troisième composante programmatique : le show-room, auvent ouvert ou volume non chauffé largement vitré, qui participe alors au confort d’hiver. Autre proposition, celle d’associer à la charpente métallique d’autres composants industrialisés issus de la filière bois, particulièrement développée dans la région et dont "les qualités d’assemblage, d’étanchéité à l’air et les possibilités de transformation (création d’une baie, d’un châssis de toit…) s’ajoutent aux qualités d’ambiances intérieures".

Le jury

Marc Landowski, architecte (organisateur de Cross talents)

Dietmar Feichtinger, architecte

Bertrand Lemoine, architecte, directeur de recherche au CNRS

Christophe Ménage, délégué général de ConstruirAcier

Nadège Mével, rédactrice en chef de la revue EXE

Jan Meyer, rédacteur en chef de Métal Flash

Luc Richard, directeur général des services techniques et de l'urbanisme d'Issy-les-Moulineaux

Philippe Somers, directeur général, Frisomat Belgique

Joris Vanden Broeck, directeur général, Frisomat France

Cyrille Véran, chef du service « Architecture & Urbanisme » au Moniteur BTP

Commentaires

Un appel à idées pour transformer les entrées de ville

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie commenté des ERP - Volume 2

Règlement de sécurité incendie commenté des ERP - Volume 2

Date de parution : 11/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie commenté des ERP - Volume 3

Règlement de sécurité incendie commenté des ERP - Volume 3

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur