Trop d'offres locatives dans les villes moyennes : les dispositifs Robien et Scellier mis en cause
A Manosque (Alpes-de-Haute—Provence), il y a une surproduction de logement car la demande a été mal estimée dans la perspective du chantier d'Iter. - ©

Trop d'offres locatives dans les villes moyennes : les dispositifs Robien et Scellier mis en cause

le 08/07/2009  |  ImmobilierEtatFrance Côte-d'OrSarthe

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Immobilier
Etat
France
Côte-d'Or
Sarthe
Pyrénées-Orientales
Puy-de-Dôme
Valider

Selon le Crédit Foncier, l'offre de locations neuves dépasse largement la demande dans une soixantaine de communes en France. En cause, la morosité économique et des dispositifs Robien et Scellier qui entraînent une forte baisse des loyers dans certaines régions.

"Dans une soixantaine de communes de plus de 50.000 habitants, l'offre locative est largement supérieure à la demande", a déclaré à l'AFP Jean-Michel Ciuch, directeur des études immobilières au Crédit Foncier. Le Crédit Foncier cite en exemple des villes comme Dijon, Le Mans, Perpignan, Mulhouse, Valence ou Clermont-Ferrand, dans une étude reçue mardi.
Cette offre trop abondante entraîne une baisse des loyers dans certaines régions.
"Ils ont pu reculer jusqu'à 15% sur un an entre juin 2008 et juin 2009 notamment en Aquitaine, Alsace, Limousin et Poitou-Charentes", selon M. Ciuch. "Entre juin 2009 et juin 2010, les loyers pourraient à nouveau perdre 10% dans ces régions", a-t-il ajouté.

La dégradation économique pèse sur la demande locative. "L'offre est de plus en plus inadaptée à la capacité financière des ménages. Alors que la demande se situe entre 6 et 13 euros le mètre carré mensuel, l'offre est proposée entre 11 et 25 euros", a expliqué M. Ciuch.

Par ailleurs, les dispositifs Robien et Scellier "ont généré un afflux de produits inadaptés dans des zones où les propriétaires ont peu de chance de louer et donc de bénéficier de l'avantage fiscal prévu", selon le Crédit foncier.

Dans un communiqué, le nouveau secrétaire d'Etat au Logement et à l'Urbanisme, Benoist Apparu, a pris la défense du dispositif Scellier en rappelant que le gouvernement a tenu compte des excès du précédent dispositif mis en exergue par un rapport parlementaire.
Benoist Apparu souligne notamment que le Conseil de modernisation des politiques publiques du 4 avril 2008 a décidé de recentrer les aides fiscales à l'investissement locatif privé sur les zones où la demande de logement locatif est importante. "Cette décision a été confirmée dans la loi : seules environ 5400 communes sont éligibles au dispositif" explique-t-il.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur