En direct

Trois questions au Pdg d'ETDE
- ©

Trois questions au Pdg d'ETDE

DEVIGE-STEWART Thierry |  le 03/07/2003  |  EntreprisesFrance entièreIndustrie

Gaëtan Desruelles a pris la direction de la filiale Electricité/Maintenance de Bouygues Construction en juin 2001. Il mène depuis cette date une politique de croissance par acquisitions qui vise à compléter sa présence géographique, à acquérir de nouvelles compétences notamment dans le génie électrique et thermique et à se rapprocher des leaders du marché.

Comment se présente, pour ETDE, l'exercice 2003 ?

ETDE poursuit sa mutation et son développement et nous sommes cette année sur les mêmes bases que l'an dernier, c'est à dire que nous attendons une nouvelle progression de 20% du chiffre d'affaires, à 630 millions d'euros environ. En ce qui concerne le résultat net, nous comptons 2,5% du chiffre d'affaires en 2003 contre 2,2% en 2002. Cette croissance de 20% résulte, à hauteur de 85%, de nos opérations de croissance externe et pour 15% de notre croissance interne notamment dans le Facilities Management.

Pourquoi mettez vous autant l'accent sur la croissance externe ?

Pour plusieurs raisons. Tout d'abord, le marché français des travaux électriques est très concentré et cette concentration va se poursuivre. Selon que l'on place la "barre" à plus ou moins 300 millions d'euros de CA, on compte sept ou huit "majors". Or, ETDE apparaît aujourd'hui comme le plus petit des grands. Notre ambition est de positionner ETDE parmi les leaders du marché tant en ce qui concerne la rentabilité qu'en ce qui concerne les volumes d'affaires. La deuxième raison est le manque de main d'oeuvre qualifiée. Qu'il s'agisse des cadres ou des ouvriers, il est très difficile de trouver du personnel formé, compétent et disponible.
Enfin, sur un marché mature mais stable ou en légère progression, nous progressons en achetant des parts de marché.

Quels moyens consacrez-vous à cette croissance externe ? A quelle logique correspondent vos investissements ?

Depuis deux ans, les acquisitions représentent 30 à 40 millions d'euros par an. Ces opérations répondent à une double logique. Tout d'abord, compléter notre couverture nationale et renforcer le maillage du territoire. C'est particulièrement vrai pour notre activité de travaux publics de réseaux (300 millions d'euros de CA et une organisation autour d'un axe séparant l'Est de l'Ouest de la France) car le facteur "proximité " reste déterminant. Les clients sont publics à hauteur de 90% de l'activité (syndicats d'électrification, collectivités locales, EDF, etc.) et les marchés généralement récurrents, avec des durées variant de 3 à 12 ans. Actuellement, nos implantations couvrent une cinquantaine de départements. D'où notre volonté de nous renforcer, d'une part dans le quart Nord-Est du pays, avec la reprise cette année de quatre entreprises rayonnant dans le Nord : Sosidec, Monchel, La Route Artésienne et Carpentier. Et d'autre part, dans le quart Sud-Est (Languedoc-Roussillon et Paca). En témoigne le rachat, cette année, du groupe héraultais EEHC, fort de six entreprises spécialisées dans les activités TP de Réseaux.
Restera ensuite à prendre pied dans la moitié Est et à renforcer notre présence dans la région Centre et Bourgogne et en Rhône-Alpes.
Deuxième priorité d'ETDE: l'acquisition de nouvelles compétences, surtout pour les activités de génie électrique et thermique (GET); secteur où la clientèle est, cette fois, majoritairement privée et où les marchés, dans l'industrie ou le tertiaire, sont annuels et non pluri-annuels comme dans le domaine des TP de réseaux. Cette activité s'appuie chez ETDE sur une organisation nationale.
En 2002, comme ETDE n'avait pas de compétences en génie climatique et thermique, nous avons fait l'acquisition d'E3 Lapeyre ( 30 millions d'euros de CA), spécialiste de la climatisation industrielle, des salles blanches, etc. En 2003 nous avons acquis la société Team (maintenance industrielle) qui nous a permis d'élargir notre portefeuille dans l'industrie automobile, (PSA, Renault/Nissan) tout en étendant notre maillage territorial dans le nord et l'est de la France.

Retrouvez l'intégralité de cet entretien dans Le Moniteur numéro 5198 en date du 4 juillet 2003

Commentaires

Trois questions au Pdg d'ETDE

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur