En direct

Trois questions à Dominique Riquier-Sauvage, présidente de l'Unsfa

le 24/08/2001  |  France entièreRéalisationsArchitectureBouches-du-RhôneInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Réalisations
Architecture
Bouches-du-Rhône
International
Réglementation
Marchés privés
Professionnels
Valider

"L'architecte aux côtés du citoyen" sera le thème du 32e congrès de l'Unsfa qui aura lieu du 4 au 6 octobre à Marseille. Pourquoi ce thème ?

Dominique Riquier-Sauvage : Parce que le projet architectural est avant tout un projet d'essence politique. Il faut repenser les processus de "fabrication" de la ville en y intégrant de façon structurelle, outre les investisseurs et les professionnels, les habitants, ceux que François Rouanet, président du syndicat des architectes des Bouches-du-Rhône, baptise les "maîtres d'usage".
Quelles sont vos réactions face aux propositions de réforme de la loi de 1977 sur l'architecture ?
Il faut regarder le projet de loi sur l'architecture comme un projet de société visant la qualité du cadre de vie et non comme une loi sur une profession. De même que l'on se préoccupe des problèmes de santé liés à la "mal-bouffe", il est légitime de se préoccuper du " mal de vivre " c'est-à-dire de la qualité de l'environnement au sens de l'aménagement du territoire, de l'urbanisme et de l'architecture. Si la France avait su inculquer aux citoyens le désir d'architecture dès l'enfance comme dans d'autres pays, la question du recours obligatoire à l'architecte ne se poserait pas aujourd'hui; les citoyens feraient naturellement appel aux architectes et il n'aurait pas été nécessaire de légiférer dans ce domaine.
Que pensez-vous des seuils fixés par la loi ?
En 1977, en dessous de certains seuils et pour certaines catégories de maîtres d'ouvrage, et afin qu'aucun citoyen ne soit totalement " privé d'architecture ", il avait été admis que cette obligation de faire appel à des professionnels habilités puisse être remplacée par la consultation gratuite, des CAUE. L'Unsfa demande que cette obligation, qui figurait dans la loi de 1977 et qui a été supprimée en 1981, soit réintroduite. Toutefois si l'objectif est que toutes les constructions soient architecturalement de qualité, il faut en confier la conception aux seuls professionnels ayant reçu une formation spécifique de haut niveau. La conception architecturale est une fonction de création qui se déroule de façon continue de l'étude d'un programme jusqu'à la livraison d'un ouvrage: il est indispensable que la mission de l'architecte soit étendue comme elle l'est pour les constructions publiques. C'est ce que propose le ministère de la Culture. (fac) Pour revenir sur la loi de 1977, je dois reconnaître que la difficulté d'avancer sur une réforme globale a retardé des corrections urgentes qui peuvent être adoptées isolément: je pense notamment à l'actualisation du droit des sociétés d'architecture pour laquelle l'Unsfa a présenté un projet depuis plusieurs années.

Retrouvez l'intégralité de l'entretien dans Le Moniteur du vendredi 24 août

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur