En direct

Trois questions à Didier Marie, nouveau président du conseil général de la Seine-Maritime.

RICHARD GOASGUEN |  le 07/05/2004  |  Collectivités localesArchitectureAménagementSeine-MaritimeFrance entière

«Nous allons davantage mutualiser les moyens»

En matière d'infrastructures routières, le précédent conseil avait une politique plutôt volontariste, prenant en charge certaines maîtrises d'ouvrage tout en traînant des pieds pour des opérations comme l'achèvement de la RN27. Quelle sera votre politique ?

Trois niveaux. Concernant, les transferts de compétence, nous assumerons nos nouvelles obligations. Pour ce qui est des opérations inscrites au contrat de Plan, nous allons procéder, avec le préfet et le président de région, à un balayage complet des dossiers et voir comment y associer le conseil général. Je pense notamment à la RN27. D'une façon générale, notre politique routière sera davantage partenariale et aura recours à une mutualisation des moyens. Il n'y aura pas de remise en cause des projets de l'équipe précédente. Mais, pour reprendre l'exemple d'Yvetot/Bourg-Achard, nous allons réfléchir à quelques modifications après avoir rencontré, entre autres, Jean-Louis Destans, président du conseil général de l'Eure. Une mise à 2x2 voies sur l'ensemble du trajet ne se justifie peut-être pas.

Le plan collège en cours est l'un des plus importants de France. En quoi allez vous l'amender ?

Là encore, sur trois niveaux. D'abord en accélérant les dernières opérations. Ensuite, en mettant l'accent sur la mise aux normes des cuisines, ce qui concerne près de la moitié des collèges. Enfin, en développant la construction d'équipements sportifs. J'ai programmé une visite de tous les établissements (ndlr : 111) avant la fin de l'année.

Le plan dit Ciad (centres d'information et d'accueil départementaux) était l'une des fiertés de votre prédécesseur. Allez vous l'achever ?

Oui pour ce qui est lancé. En zones rurales, le regroupement sous un même toit des services sociaux n'est pas absurde. Nous allons même compléter en adjoignant d'autres services (aides au logement, espaces numériques) pour créer de véritables maisons départementales des services publics. En zones urbaines, ces regroupements constituaient une erreur face aux besoins de proximité. Nous allons nous efforcer de réinstaller des centres médico-sociaux ou de retravailler sur les Ciad encore au stade d'études.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur