En direct

Trois gisements de chaleur à portée de main
- ©

Trois gisements de chaleur à portée de main

christian robischon |  le 05/10/2018  |  Technique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Technique
Valider

Habitat -

Expérimenté sur des logements à Strasbourg, un dispositif récupère les calories de la VMC, des eaux grises et du solaire thermique.

C 'est le trois-en-un appliqué à la récupération d'énergie.

Avec « Myriade », le fabricant France Air a mis au point une solution qui récupère astucieusement la chaleur à la fois sur l'air extrait de la ventilation mécanique contrôlée (VMC), sur les eaux grises et via les panneaux solaires thermiques. Sa première installation se trouve à Strasbourg, dans les 57 logements du programme « Waldhorn », mené par le promoteur Boulle et qui sera livré en novembre dans l'écoquartier Brasserie. Un projet de 5 M€ de travaux qui vise par ailleurs la note E3 C2 dans le cadre de l'expérimentation E + C -.

Près de 50 m2 de capteurs solaires. La solution repose sur une pompe à chaleur (PAC) eau-eau de 60 kW. L'eau d'entrée est d'abord préchauffée grâce aux trois gisements d'énergie renouvelable. Ceux-ci peuvent être appelés individuellement ou couplés les uns aux autres. Les calories sont récupérées v i a deux échangeurs. L'un air-eau, pour l'air extrait de la ventilation, fonctionne à la manière d'un double flux ; l'autre de type eau-eau, pour les eaux grises, récupère la chaleur rejetée. L'eau préchauffée est conservée dans un ballon de stockage.

Le réseau de chaleur urbain ne sert plus que de solution d'appoint.

Par ailleurs, près de 50 m² de capteurs solaires thermiques peuvent aussi alimenter la PAC.

Lorsque la température de l'eau issue des capteurs est suffisamment élevée, le solaire thermique assure seul, sans la PAC, la production d'eau chaude sanitaire (ECS) et le chauffage. « Dans ce projet, sous un climat continental, ce taux d'effacement des besoins énergétiques atteindra 60 % pour l'ECS et le chauffage, contre 30 % en général pour la seule ECS », souligne France Air. Le dispositif devrait ainsi couvrir l'intégralité des besoins en eau chaude et la moitié de ceux de chauffage. « Le réseau de chaleur urbain, dont le raccordement était imposé par le cahier des charges de l'écoquartier, ne sera plus qu'une solution d'appoint », constate Loïc Prost, cogérant de l'entreprise installatrice Falières.

Les appareils sont standard, à l'exception des cuves à vidange automatique pour les eaux grises. « C'est la réunion des trois sources d'énergie, leur régulation et leur pilotage qui créent l'originalité », confirme Stéphane Moureaux, chef de marché systèmes énergétiques chez France Air. Le dispositif est breveté et bénéficie d'une homologation dans le cadre du titre V de la RT 2012.

Trouver la combinaison idéale. Dans le local technique, un écran relié à un serveur web suit en permanence la consommation d'énergie globale et celle, moyenne, d'eau chaude par logement, ainsi que la quantité d'énergie renouvelable appelée. L'objectif est de se rapprocher du scénario optimal identifié par France Air : mobiliser les eaux grises le matin quand les occupants prennent leur douche, passer le relais au solaire pendant la journée, puis à l'air extrait la nuit. Un idéal théorique, avertit Stéphane Moureaux : « L'air extrait présente le meilleur rapport coût/performance, mais n'offre qu'un faible gisement de chaleur. Le plus difficile pour le dimensionnement vient des eaux grises, puisque leurs pics dépendent des habitudes individuelles ».

Alors que les températures maximales estimées se situent à 27 °C pour l'air en été et entre 26 et 35 °C pour les eaux grises, le solaire peut atteindre pour sa part les 90 °C. Les capteurs solaires constituent donc la variable d'ajustement, leur surface étant déterminée en fonction de l'objectif de performance énergétique. L'ensemble vise, in fine , à diminuer le recours nécessaire à la PAC pour atteindre le coefficient de performance (COP) annoncé de 6.

PHOTO - 15285_916875_k3_k1_2143470.jpg
Les trois sources d’énergie – air, solaire, eaux grises – sont appelées individuellement ou couplées les unes aux autres. - © PHOTO ET DOCUMENT : FRANCE AIR

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Montage et exploitation d’un projet éolien

Montage et exploitation d’un projet éolien

Date de parution : 05/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur