Transport et infrastructures

Très haut débit : une nouvelle feuille de route en préparation

Mots clés : Gouvernement - Télécommunications

Fleur Pellerin, ministre déléguée en charge de l’économie numérique et Cécile Duflot, ministre chargée de l’égalité des territoires, ont levé le voile sur les objectifs du gouvernement. Pour l’instant, l’Etat ne semble pas prévoir de redistribuer les cartes entre le secteur public et les opérateurs privés.

Accélérer la mise en œuvre du programme national Très haut débit (Thb) en achevant le déploiement du réseau de fibre optique à travers tout l’Hexagone en 2022, et non à l’horizon 2025 comme initialement envisagé. Fleur Pellerin, ministre déléguée en charge de l’économie numérique et Cécile Duflot, ministre chargée de l’égalité des territoires, ont rappelé,  le 27 juillet à Paris, les objectifs du gouvernement en matière de raccordement Thb.

Tout en indiquant qu’une feuille de route plus précise serait communiquée à l’automne, les deux ministres ont précisé que la période estivale serait mise à profit pour poursuivre la concertation avec les associations d’élus et les opérateurs télécoms. Mais d’ores et déjà, quelques pistes de travail sont en train de se dessiner dans les sphères gouvernementales.  Ainsi,  Fleur Pellerin a indiqué que la priorité serait donnée au raccordement des services publics et des entreprises, ainsi qu’à la couverture des zones les moins denses en donnant la préférence à la construction d’infrastructures dédiées à la fibre optique plutôt qu’à la montée en débit des réseaux existants.

L’Etat continuera à soutenir les Réseaux d’Initiative Publique

Autre point clé évoqué à l’occasion de la communication ministérielle : le financement du programme Thb. A ce sujet, Cécile Duflot a indiqué que l’Etat continuerait à soutenir les projets de Réseaux d’Initiative Publique (RIP) élaborés par les collectivités territoriales. « Ces projets sont le fruit de réflexions approfondies, conduites dans le cadre des Schémas Directeurs Territoriaux d’Aménagement Numérique. Je veillerai à l’élaboration et la réactualisation des stratégies de cohérence régionale de l’aménagement numérique et des schémas directeurs, qui sont essentiels pour l’exercice de la gouvernance locale des projets », a notamment affirmé la ministre.

Quant au partage du territoire entre secteur public (pour les zones les moins denses) et opérateurs privés (pour les bassins les plus peuplés), il semblerait que le gouvernement n’ait pas l’intention de redessiner la ligne de partage fixée sous la gouvernance précédente. Même si certains aménagements ne sont cependant pas à exclure.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X