En direct

Travaux réalisés à la corde

Xavier Delalle, président du Sfeth (Syndicat français des entrepreneurs de travaux en hauteur) |  le 29/09/2008  |  Événement

L’article du 13 juin (p. 51) et le forum des lecteurs du 5 septembre (p. 6) évoquent les travaux réalisés à la corde de manière ambiguë et il me semble indispensable d’apporter à mon tour quelques précisions. Le décret du 1er septembre 2004 réaffirme que les travaux temporaires en hauteur doivent être réalisés depuis des plans de travail. (...) C’est lorsque le travail ne peut être exécuté à partir d’un plan de travail sûr qu’il doit être fait appel à un équipement approprié. Cet équipement n’est alors pas concerné par les dispositions relatives au plan de travail. Il doit, en revanche, être conforme aux dispositions relatives à la conception et à l’utilisation des équipements de travail qui lui sont applicables. Il rappelle la nécessité d’effectuer pour toute opération une évaluation préalable des risques et précise cette évaluation en termes d’objectifs : garantir la sécurité des travailleurs et préserver leur santé. Ce décret, et c’est une innovation, installe les techniques d’accès et de positionnement au moyen de cordes au rang d’équipement de travail à la disposition des chefs d’entreprise pour réaliser des travaux temporaires en hauteur en précisant les conditions dans lesquelles elles doivent ou peuvent être utilisées (...) C’est, selon ce texte, l’impossibilité technique ou l’évaluation préalable des risques qui fonde l’intervention sur cordes. Cette évaluation préalable s’appuie sur les principes généraux de prévention et apprécie notamment l’ergonomie des postes de travail et la pénibilité des tâches à réaliser (...) La priorité est clairement affichée de minimiser les risques avant de prendre des mesures de protection collective. On ne va pas augmenter les risques et la pénibilité en montant puis démontant un échafaudage pendant plusieurs semaines pour remplacer un paratonnerre au sommet d’un clocher alors que deux cordistes réaliseront l’opération dans la journée. C’est bien l’ensemble des risques d’une opération qui est à prendre en compte : mise en place et repli des postes de travail et réalisation des travaux. Les interventions sur cordes ne génèrent pas de dangers en elles-mêmes, ce sont des techniques éprouvées et encadrées qui sont sûres ; c’est pour cette raison que ces techniques ont leur place dans les équipements de travail à la disposition des chefs d’entreprise comme les échafaudages, les nacelles suspendues ou les PEMP. Le recours à ces techniques peut être un moyen de faire baisser les risques d’une opération ou la pénibilité globale d’un chantier. C’est cette économie qui fonde le choix des équipements de travail. Bien loin des polémiques (...), l’essentiel est de diminuer les risques, de garantir la sécurité et de préserver la santé des compagnons en évaluant sereinement les opérations et les différentes méthodes pour les réaliser.

Commentaires

Travaux réalisés à la corde

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur