En direct

Travaux publics SAPRR : fin du maillage autoroutier

JEAN-MICHEL GRADT |  le 12/12/1997  |  TransportCollectivités localesAinLoiretRhône

-Après les 25 km de l'A19, la SAPRR va mailler son réseau en inaugurant les 110 km de l'A39.

En novembre dernier, le président de la Société des autoroutes Paris-Rhin-Rhône (SAPRR), Jean-Antoine Winghart, insistait sur le « maillage du réseau autoroutier - entre l'A5 et l'A6 - due aux 25 km de l'A19 entre Sens et Courtenay ». Un maillage qui va se poursuivre, puisqu'en juin 1998, la SAPRR, qui va investir 2,2 milliards en travaux neufs, offrira un deuxième itinéraire alternatif complet sur l'axe Paris-Bourgogne-Lyon, avec les 110 km de l'A39, sur l'axe Dole/Lons-le-Saulnier/Bourg-en-Bresse.

Outre l'antenne d'Oyonnax mise en service en novembre, la SAPRR a lancé les travaux de l'A77 (Dordives/Cosne-sur-Loire), notamment pour les lots d'ouvrages d'art. « Avec l'A39, ce sera la dernière fois qu'on mettra en service autant de kilomètres d'autoroutes », a laissé échapper Jean-Antoine Winghart, avant de se reprendre, « je voulais dire, d'un seul tenant » (1).

En effet, le ministère de l'Equipement considère que le système autoroutier a atteint ses limites. A l'appui de cette position, le niveau d'endettement des sociétés d'autoroutes qui flirte avec 130 milliards de francs (voir tableau), alors que les recettes de péage ont dépassé, en 1996, les 26 milliards de francs.

Interrogé sur la poursuite du « maillage » de l'A19 (avec la section Courtenay-Artenay, près d'Orléans), le président de la SAPRR reste d'une prudence de sphinx : « L'enquête publique a bien eu lieu. Mais cela ne veut pas dire qu'il s'ensuivra une programmation... » Une prudence motivée par le report aux calendes grecques, ou plutôt bruxelloises (2), de la section Lyon-Balbigny de l'A89.

De fait, si cette année toutes les SEM d'autoroutes n'ont pas pu consommer à 100 % les autorisations d'emprunt - ce qui n'est pas le cas de la SAPRR- autorisées par le CIES (Comité des investissements économiques et sociaux, ex-FDES), soit 17 milliards de francs au lieu des 21,9 milliards de francs prévus, ce n'est pas par manque de moyens ou crainte du surendettement, mais parce que l'Etat a rayé des plans de charge des SEM plusieurs projets. Les sociétés publiques les plus touchées par ces restrictions ont été l'ATMB (Autoroute du tunnel sous le Mont-Blanc) avec les projets d'A41 et A400 (estimés à 7 milliards de francs) et Escota, concessionnaire notamment de l'A51.

(1) Le précédent exemple remonte à 1992, avec les 210 km de Bordeaux-Poitiers, sur l'A10. (2) Cette section, si elle voit le jour, devra suivre la nouvelle procédure d'appels d'offres européens pour la désignation du concessionnaire. Ce nouveau mode de passation des marchés sera effectif au 1er janvier 1998.

TABLEAU : La situation des SEM d'autoroutes

Pour sa part, la société privée Cofiroute (7,8 milliards de dettes) va investir 2,7 milliards de francs en 1998, ce qui portera le montant total des dépenses autoroutières à 19,365 milliards.

Commentaires

Travaux publics SAPRR : fin du maillage autoroutier

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX