Transport et infrastructures

Travaux ferroviaires : avec Sferis, la SNCF se positionne sur le marché concurrentiel

Mots clés : Transport ferroviaire - Travaux publics

Comme annoncé fin janvier, la SNCF a créé Sferis, une société de droit privé pour réaliser des travaux ferroviaires. Explications de son directeur général, Fabien Flauw.

La SNCF a créé le 14 février une société de droit privé pour réaliser des travaux sur caténaires (réseau ferré national mais aussi tramways) ou sur voies, en construction comme en rénovation. Cette filiale, dénommée Sferis, entend faire valoir ses compétences sur un marché qui grossit compte tenu de donneurs d’ordre plus nombreux qu’auparavant (collectivités, autorités portuaires, partenariats public-privé, etc.). « Nous offrirons des savoir-faire moins nombreux mais plus ciblés que la SNCF, notamment dans les caténaires », précise Fabien Flauw, son directeur général. Et d’ajouter : « Nous ne pourrons pas réaliser les travaux quand la SNCF est mandatée par le gestionnaire Réseau Ferré de France (RFF). En revanche, nous nous positionnerons si la maîtrise d’œuvre est privée. »

 

Le cercle de jeu s’agrandit

Avec un chiffre d’affaires prévu de 17 millions d’euros pour 2012, elle démarre avec un carnet de commandes cédé par sa maison-mère comprenant notamment deux contrats pour la plate-forme multimodale du Havre. Cette année, la moitié de son portefeuille de commandes sera réalisé en sous-traitance de sa maison-mère, notamment pour lisser les pics d’activité. Le dirigeant explique que la société est dotée d’un capital lui assurant une indépendance financière, de matériels en propre et d’un effectif de 100 à 150 personnes recrutées à l’extérieur à 95 % (hors statut cheminots). Une quinzaine d’encadrants seront mis à disposition par la SNCF.
« Le cercle de jeu s’agrandit, les partenariats possibles aussi. En joignant nos forces, nous pourrons ainsi mieux répondre aux attentes de donneurs d’ordre, plus exigeants sur le prix. Tout le monde sera gagnant », estime Fabien Flauw. Si les entreprises du secteur restent à convaincre, l’arrivée d’un nouvel acteur devrait satisfaire RFF, qui estime la concurrence parfois insuffisante et les prix trop élevés.

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X