En direct

Travaux d'accès difficile - Des cordistes confortent les parois d'une grotte touristique

Olivier Baumann |  le 15/01/2010  |  FormationTechniqueRéglementation techniqueIsèreRhône

Les grottes de La Balme, à 30 km à l'est de Lyon (Isère), sont investies par les hommes depuis la préhistoire. François I er y fit un pèlerinage, et ce sont maintenant les touristes qui visitent les cavernes. Des cavités dont certaines parois étaient devenues très instables, présentant des risques d'éboulements. La mairie de La Balme-les-Grottes a donc décidé de sécuriser le site.

Préalablement aux travaux, le bureau d'ingénierie Géolithe, spécialisé en géotechnique, a diagnostiqué l'ensemble des masses rocheuses à conforter. Puis l'entreprise GTS (groupe NGE), qui s'est faite une spécialité des travaux acrobatiques, a été retenue pour conforter les parois et les protéger contre la chute de pierres. Avec deux contraintes de planning spécifiques : les grottes devaient pouvoir rester ouvertes au public le week-end et les travaux devaient absolument être terminés avant la fin de l'automne pour ne pas perturber l'hibernation des chauves-souris protégées vivant dans les lieux. Cinq équipes de deux cordistes se sont donc relayées durant deux mois pour mener un programme dense à l'intérieur des cavernes. Il a d'abord fallu purger manuellement d'urgence tous les blocs rocheux les plus instables.

Forage à l'eau

« La purge s'effectue principalement avec une canne à purge, une sorte de pied-de-biche que le cordiste manie depuis les airs », précise Philippe Berthod, responsable de GTS Alpes. Puis évoluant entre 20 et 35 m de hauteur, les cordistes ont conforté les parois à l'aide de barres de 3 à 6 m de long scellées au coulis de ciment. En tout, 300 m de forages ont été pratiqués par les cordistes sur la paroi, aussi bien en voûte que sur les parties verticales. « Nous avons préféré forer à l'eau plutôt qu'à l'air car cela dégage moins de poussières », observe Philippe Berthod. L'avantage est double : l'aspect de la grotte est préservé pendant les travaux, et les conditions de travail sont meilleures pour les cordistes.
Autre contrainte « touristique », toutes les têtes d'ancrage ont été camouflées. Outre la projection de béton pour confiner une colonne rocheuse altérée, l'entreprise a mis en place des filets de protection qui retiennent les petits fragments de roches. Des ouvertures y ont été ménagées pour ne pas entraver la circulation des chauves-souris. Enfin, l'entreprise a installé neuf capteurs extensométriques afin que le maître d'ouvrage puisse suivre dans le temps l'ouverture de fissures potentiellement inquiétantes. -

PHOTO - 271910.HR.jpg
PHOTO - 271910.HR.jpg

Commentaires

Travaux d'accès difficile - Des cordistes confortent les parois d'une grotte touristique

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX