En direct

Travail illégal : un chantier met sa ceinture de sécurité
Seul le personnel accrédité par les entreprises, sous-traitants et fournisseurs peut accéder au chantier. Sans aucune exception. - © CHRISTOPHE PICCI

Travail illégal : un chantier met sa ceinture de sécurité

Paul Falzon |  le 19/11/2018  |  Haute-GaronneSécurité et protection de la santéTravail illégal Direccte

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Haute-Garonne
Sécurité et protection de la santé
Vie du BTP
Travail illégal
Direccte
Valider

A Toulouse, le maître d'ouvrage du futur parc des expositions a protégé l'accès au cœur de site avec 2 km de clôtures.

La construction de 70 000 m2 de surfaces couvertes, l'extension du tramway, la création de voies rapides : le chantier du futur parc des expositions (PEx) de Toulouse est un défi autant technique que logistique. Chaque jour, entre 400 et 500 personnes se rendent sur le site, où circulent aussi des dizaines de camions et d'engins de chantier. La sécurité du personnel et des visiteurs a d'emblée fait partie du cahier des charges du maître d'ouvrage, la société publique locale d'aménagement Europolia. « Nous nous sommes rapprochés de la fédération du bâtiment et des travaux publics de la Haute-Garonne pour concevoir un dispositif qui soit compris des entreprises, rapporte Anne Fraisse, directrice du développement chargé du PEx. Nos objectifs sur la sécurité étaient en cohérence avec la demande des organisations professionnelles d'une lutte contre le travail illégal. »

Aucun cas de personnel non déclaré, et à plus forte raison de travail illégal, n'a été détecté.

Deux postes de garde. La mesure la plus spectaculaire est la fermeture du cœur du chantier : plus de 2 km de clôtures pour ceinturer 21 ha, soit un cinquième de l'emprise totale du projet.

Deux postes de garde ont été créés : l'un pour les livraisons, l'autre pour le personnel. Ils permettent un contrôle d'accès très strict, puisque ne peut entrer sur le chantier que le personnel accrédité des entreprises, des sous-traitants et des fournisseurs. Aucune exception n'est autorisée : même les agents de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte) Occitanie, impliqués dans la définition des mesures de prévention, ont dû patienter aux portiques le temps d'obtenir leur badge…

A l'ouverture du chantier en 2016, c'est d'abord Bativigie, une plate-forme numé rique de lutte contre le travail illégal créée par une start-up locale, qui assure ce travail d'identification. A l'été 2017, le QR code (1) de la carte d'identification professionnelle du BTP devient ensuite le nouveau sésame. « Il a fallu attendre que l'ensemble des 80 entreprises attributaires et des sous-traitants équipent leurs salariés, relate Anne

Fraisse pour Europolia. L'arrivée de la carte BTP a encore amélioré la sécurité du chantier en rendant les badges nominatifs. » Outre le passage par les portiques des postes de garde, des contrôles inopinés sont régulièrement menés : grâce au dispositif mis en place, aucun cas de personnel non déclaré, et à plus forte raison de travail illégal, n'a à ce jour été détecté. « Le chantier du PEx est exemplaire, parce qu'il a donné à tous les acteurs les moyens de travailler correctement, en prévoyant des règles du jeu claires dès le cahier des charges, considère Franck Ribière, directeur d'Eiffage Construction Grand Toulouse (mandataire). Il est aussi exemplaire dans le choix des attributaires, avec le recours à des PME suffisamment structurées pour s'aligner sur les standards de sécurité des grands chantiers. »

PME impliquées dans la démarche. Chargée du génie climatique, l'entreprise Quercy Confort a ainsi assuré la diffusion des règles de sécurité auprès de ses collaborateurs - jusqu'à une trentaine en période de pointe. « Les contrôles d'accès ne constituent pas un frein au quotidien, et l'obligation de la carte d'identification professionnelle du BTP est une bonne chose pour lutter contre le travail illégal », estime Sébastien Rodier, directeur de projet au sein de la PME. L'accompagnement des entreprises s'est fait en lien avec les fédérations départementales et régionales du BTP. Un livret d'accueil présentant l'organisation du chantier, les mesures de protection de l'environnement ou encore les numéros d'urgence, a été remis à chaque travailleur intervenant sur le PEx.

Des formations à la sécurité ont régulièrement été organisées par le coordinateur sécurité et protection de la santé (SPS). « Nous n'avons pas non plus voulu faire de ce chantier une prison !, souligne Anne Fraisse. Rien ne remplace la présence humaine : nous avons d'ailleurs choisi de créer une base vie commune à la maîtrise d'ouvrage, à la maîtrise d'œuvre et aux entreprises du chantier. » La fin des travaux du PEx est attendue pour l'automne 2020.

(1) Le QR code est un code-barres à deux dimensions qui permet d'encoder des données. Il permet d'effectuer des interactions avec les smartphones.

Commentaires

Travail illégal : un chantier met sa ceinture de sécurité

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur