En direct

Transports urbains : les usagers dévoilent leurs critères de sélection
La Fnaut appelle l'Etat à privilégier les tramways. Ici, celui du Havre. - © © Philippe Breard /Ville du Havre et CODAH

Transports urbains : les usagers dévoilent leurs critères de sélection

T.B. |  le 06/09/2013  |  EtatCalvadosLoire-AtlantiqueTransports mécaniques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Etat
Calvados
Loire-Atlantique
Transports mécaniques
Valider

Alors que le gouvernement a lancé son troisième appel à projets pour les transports en commun en site propre en mai dernier, la Fédération nationale des associations d’usagers de transports s’est fendue de son analyse et a dévoilé son propre cahier des charges.

Après ceux de 2009 (800 millions d’euros) et de 2011 (590 millions d’euros), le gouvernement Ayrault a annoncé le lancement d’un troisième appel à projets pour les transports en commun en site propre (TCSP) avec une enveloppe de 450 millions d’euros (lire notre article). Les dossiers doivent être remis avant le 15 septembre pour une décision d’ici la fin de l’année imposant d’engager les travaux avant fin 2016. Si le gouvernement a évidemment publié son propre cahier des charges (lire notre article), la Fédération nationale des associations d’usagers de transports (Fnaut) l’a imité.

Pour rappel, sont éligibles, les projets de métros, tramways (rail et pneu), tram-train, bus à haut niveau de service, navettes fluviales et maritimes, transports par câbles et crémaillères. Les projets d’amélioration de la performance des réseaux de transports collectifs, de parkings à vélos et interfaces avec ces réseaux et d’information intermodale sont également éligibles. Les projets de désenclavement des quartiers dits prioritaires seront favorisés.

«La Fnaut regrette le lancement tardif de cet appel à projets, et que le montant de l’enveloppe soit un peu léger», pose Jean Sivardière, son président.  Ce dernier estime logiquement que l’aide de l’État doit être conditionnée à la qualité des projets. Ainsi, selon la Fnaut le projet doit être fiable techniquement. Par exemple, la fédération rejette la solution des tramways sur pneus (Nancy et Caen) qui offre, selon lui, des services «peu fiables». «Le TCSP doit aussi être adapté au volume de la clientèle potentielle », poursuit Jean Sivardière qui prend l’exemple du busway de Nantes qui est un BHNS complètement saturé alors qu’il est impossible d’augmenter sa capacité. Globalement, la Fnaut milite plutôt pour privilégier le tramway afin d’anticiper les reports modaux prévisibles (hausse du prix pétrole, densification urbaine, péage urbain...) de la voiture vers les transports en commun et la croissance démographique.

Des transports rapides et ponctuels

En parallèle, la Fnaut insiste pour que l’argent dépensé par l’État serve à renforcer les transports urbains de manière «vraiment efficace», afin de provoquer des transferts modaux  significatifs. «L’aide de l’État doit être conditionnée à l’abandon d’éventuels projets routiers concurrents du TCSP», martèle Jean Sivardière qui poursuit : «l’État ne doit pas non plus subventionner de faux BHNS, qui n’ont de HNS que le nom.» De la même manière, selon la Fnaut, les projets de transport, pour être efficaces et attractifs, doivent être «rapides et ponctuels».

Pour cela, ils doivent notamment «disposer de couloirs de circulation strictement dédiés sur l’ensemble de l’itinéraire», «d’une vraie priorité à tous les carrefours» avec pour objectif d’atteindre des vitesses commerciales aux heures de pointe «d’au moins 20/22km/h en périurbain et 16/18 km/h dans les centre-villes». La Fnaut propose ensuite que les stations soient suffisamment grandes, que les fréquences et horaires de passages soient adaptés. Enfin, le TCSP devrait être bien inséré dans le reste du réseau (parking, connexion aux gares routières et SNCF, etc.).

Côté financement, la Fédération nationale des associations d’usagers de transports a rappelé son attachement au péage urbain et insisté sur le fait qu’un centime de taxe sur le gazole équivaut à 400 millions d’euros par an de recettes pour l’État. De quoi financer beaucoup d’appels à projets…

Commentaires

Transports urbains : les usagers dévoilent leurs critères de sélection

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur