Transport et infrastructures

Transports : rencontre ministérielle franco-espagnole pour développer les connexions ferroviaires

Mots clés : Gouvernement

Frédéric Cuvillier, ministre français délégué aux transports, et son homologue espagnole Ana Pastor, se sont rencontrés pour aborder l’avancement des connexions de transports entre les deux pays.

Frédéric Cuvillier, le ministre délégué chargé des Transports, et Ana Pastor, la ministre espagnole des Travaux publics chargée des Transports se sont rencontrés, le 16 juillet, notamment pour évoquer les connexions ferroviaires entre les deux pays. « En ce qui concerne la ligne ferroviaire à grande vitesse Barcelone-Figueras-Perpignan, les ministres ont fait le point sur l’avancement de la connexion espagnole à la section internationale », indique un communiqué du ministère. Pour rappel, fin 2010, des TGV empruntaient pour la première fois la liaison Perpignan-Figueras. Ce tronçon de 44,4 km empruntant le tunnel du Perthus a été réalisé et est exploité par le consortium TP Ferro – regroupant les groupes de BTP français Eiffage et espagnol ACS – dans le cadre d’une concession de 50 ans. La prolongation de cette ligne à grande vitesse jusqu’à Barcelone devrait être achevée en 2013. Tandis que côté français, le tronçon manquant entre Nîmes et Montpellier vient de faire l’objet d’un contrat de partenariat signé avec un groupement piloté par Bouygues (lire notre article).

« Les deux ministres ont également évoqué le calendrier des procédures d’homologation des matériels roulants dans les deux pays en vue de la mise en service définitive de la section internationale. Il a été convenu que des points réguliers seraient réalisés entre les administrations pour s’assurer du bon avancement de ces procédures », poursuit le communiqué qui précise que les deux pays ont constaté leur intérêt réciproque pour continuer à travailler sur les connexions ferroviaires entre la France et l’Espagne. Une allusion à la LGV côté pays-basque français ou à la Traversée centrale des Pyrénées (projet de ferroutage) qui, compte tenu du contexte budgétaire notamment, risquent de rester encore un peu dans les cartons.    

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X