En direct

Transports : les aggloméra tions maintiennent leurs projets OUEST BRETAGNE, PAYS DE LA LOIRE ET BASSE-NORMANDIE Disparité des projets de transport en commun en site propre

le 07/11/2003  |  TransportsCollectivités localesFinistèreIlle-et-VilaineLoire-Atlantique

Du montant des subventions dépendent beaucoup de projets de transport en site propre (TCSP). Mais toutes les villes ne sont pas au même stade d'avancement. Voyons d'abord quel est le montant des subventions attendues ?

Lorient tablait sur une subvention de 6 millions d'euros en 2004 pour son TCSP bus (coût total : 22,5 millions d'euros), qui reliera son centre-ville à Lanester. Un projet qualifié d'« exemplaire » par le Groupement des autorités responsables de transport (Gart), pour une ville de cette taille (60 000 habitants). Le Mans espérait 43 millions d'euros en 2005 pour son tramway (coût total : 260 millions), dont les travaux doivent démarrer en 2004. Nantes attendait un total de 43 millions d'euros sur 2004/2006 pour les prolongements de ses lignes de tramway 2 et 3, et la mise en oeuvre de la ligne 4 tram-bus (sur 197 millions d'euros).

Enfin, Rennes escomptait 7 millions d'euros en 2005 pour la deuxième phase de son TCSP bus. Sans compter les autres projets de tramway en cours de finalisation à Brest (220 millions), Angers (175 millions), Nantes (5e ligne) et une seconde ligne de métro à Rennes.

Le Mans maintient, Brest attend

A Brest, la situation est la moins urgente. Pour Marif Loussouarn, vice-présidente de la communauté urbaine de Brest, « un tramway est indispensable dans notre agglomération, où la circulation automobile ne cesse de croître : son rythme de progression annuelle est passé de + 3 % à + 4 %. Mais nous sommes encore très en amont du projet, puisque le début des travaux n'est pas prévu avant 2009. Il est donc trop tôt pour dire quelle sera notre méthode de financement si l'Etat confirme son annonce : simplement, on peut remarquer que notre taxe de versement transport (1,05 %) est l'une des plus faibles de France. »

Le projet manceau, lui, est beaucoup plus avancé. Pour Dominique Niederkorn, vice-présidente de la communauté urbaine du Mans, « notre projet est maintenu dans sa totalité et l'enquête publique démarrera en janvier 2004, pour un début des travaux au cours du second semestre. Nous pouvons jouer sur plusieurs paramètres : la durée des prêts bancaires, 20-25 ans au lieu de 15 ans, la renégociation des taux d'intérêt, une mise en service progressive à partir de début 2007, plutôt que simultanée du tracé (15 kilomètres au total). Et plusieurs emprunts de l'agglomération arrivent bientôt à échéance, notamment une annuité de 54 millions d'euros, qui se termine en 2004. »

Nantes : décision après le débat parlementaire

Pour Nantes, alors que le réseau de tramway ne cesse de croître - la livraison de l'extension nord de la 3e ligne est proche - , Camille Durand, vice-président de la communauté urbaine de Nantes, précise : « Nous allons attendre le résultat du débat parlementaire avant de prendre des décisions. Celles-ci, quelles qu'elles soient, ne devront pas dégrader les ratios financiers de la collectivité. Réduire le rythme d'allongement de notre réseau de transport collectif serait, en tout cas, contraire aux objectifs de développement durable. Des choix devront, le cas échéant, être faits dans le cadre de notre programmation pluriannuelle (jusqu'en 2007) des investissements. Je défendrai la priorité des transports en commun, reste à savoir si je serai suivi par ma majorité. »

Parallèlement, le dernier conseil de la communauté urbaine a permis de lancer la concertation sur la ligne 5 de tram-bus. Cette ligne « tram-bus » devrait relier, à terme, les quatre premières lignes de tramway et de tram-bus, entre le centre-ville et les universités : 35 millions d'euros sont inscrits à ce titre à la programmation pluriannuelle de l'action communautaire 2002-2007, pour une réalisation prévue en deux phases. La ligne traversera des territoires en pleine mutation, en particulier ceux du grand projet de ville Malakoff/Pré-Gauchet, et de l'île de Nantes. La ligne devrait d'ailleurs démarrer par un bus en site propre, avant de céder la place à un tram-bus. La concertation se déroulera de novembre 2003 à janvier 2004, et comportera une dizaine de réunions publiques.

Angers maintient le projet coûte que coûte

Enfin, Jean-Claude Antonini, maire d'Angers et président de la communauté d'agglomération, maintiendra son projet, même si l'aide de l'Etat est supprimée (43 millions d'euros, soit le quart du coût total) : « Le tramway se fera. Il est indispensable pour le rayonnement de la ville et l'amélioration de la qualité de vie. Mais pas question de surtaxer les entreprises et les habitants. Il faudra trouver des sources d'économies, étudier les cofinancements possibles avec la région et le département, et investir sur l'ingénierie financière et juridique. »

Caen lance les études de la 2e ligne de tramway sur pneus

Côté bas-normand, le syndicat mixte des transports de l'agglomération de Caen (Viacités) a décidé « d'engager les études de faisabilité d'une seconde ligne (Est-Ouest) de transport en commun en site propre et d'extension de la première ligne (Nord-Sud) ». L'objectif est une mise en service en 2009. Les offres sont à remettre en décembre 2003, le cabinet étant choisi début 2004. L'étude complète (diagnostic, cadrage financier, choix du système, étude de faisabilité) se déroulera de janvier 2004 à janvier 2005. Pour sa première ligne (15,7 km, 190 millions d'euros), inaugurée en septembre 2002, le syndicat mixte avait choisi un tramway sur pneus (Bombardier). Il réserve pour l'instant son choix quant au mode de transport qu'il retiendra pour la deuxième ligne.

Actuellement, des dysfonctionnements sont encore à déplorer. En effet, la fréquence et la régularité ne sont pas non plus optimales. Viacités attend donc « la confirmation » du produit « tramway sur pneus ». La seule certitude concerne le choix d'un mode de transport en site propre.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur