En direct

Transports, importations, forêts: l'UE détaille son plan climat
- © areporter - stock.adobe.com

Transports, importations, forêts: l'UE détaille son plan climat

AFP |  le 15/07/2021  |  ClimatEuropeUnion européenne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Climat
Europe
Union européenne
Vie du BTP
Valider

La Commission européenne a dévoilé mercredi son plan de bataille pour le climat, un colossal ensemble de textes baptisé "Fit for 55"  ("Paré pour 55") en référence à l'objectif de l'UE de réduire ses émissions carbone de 55% d'ici 2030.

 

Marché du carbone élargi

La Commission veut élargir l'actuel marché du carbone européen (ETS), où les entreprises de certains secteurs peuvent acheter ou s'échanger les quotas d'émissions de gaz à effet de serre auxquels ils sont soumis. Les recettes de l'ETS seraient mieux ciblées, notamment pour financer les projets de technologies propres des entreprises - en récompensant leurs réductions d'émissions sur la base d'un prix fixe du CO2 élevé.

Ce système serait étendu dès 2023 au transport maritime pour les plus gros navires (fret ou croisière) à destination ou en partance de l'UE.

Le principe de l'ETS serait aussi appliqué au transport routier et au chauffage des bâtiments : les fournisseurs de carburants et fioul domestique devraient acheter des "droits à polluer", sur un second marché carbone opérationnel à partir de 2025.

Sur le même sujet Le Rapport Tirole/Blanchard propose d’inclure le logement dans les quotas d’échanges carbone européens

Elus de tous bords et ONG environnementales dénoncent le renchérissement prévisible, par ricochet, de la facture des ménages les plus vulnérables (qui pourrait augmenter de quelque 40% par an, selon des estimations).

 

Taxe carbone, quotas gratuits

La Commission souhaite restreindre drastiquement les allocations de "permis à polluer" gratuits offerts aux entreprises de l'UE, et réduire encore plus fortement le volume de quotas en circulation chaque année, pour faire grimper mécaniquement le prix du carbone.

Bruxelles propose également de soumettre les importations dans cinq secteurs polluants (acier, aluminium, ciment, engrais, électricité) aux règles de l'ETS, en leur imposant des "certificats d'émissions" dépendant du CO2 généré par leur production et dont le coût sera calculé sur le prix du carbone dans l'UE.

Sur le même sujet Face aux fuites de carbone, l’Europe mise sur le ciment et l’acier

Si un marché carbone existe dans leur pays d'origine, l'importateur paiera seulement la différence. Le mécanisme débuterait en 2026 et monterait en puissance sur une décennie.

En traitant à égalité importations et production locale, Bruxelles estime rester dans les clous des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et contrer les accusations de "protectionnisme". Dans un souci d'équilibre, Bruxelles réduirait progressivement entre 2026 et 2036 les quotas gratuits aux entreprises européennes des mêmes secteurs, avant leur suppression en 2036.

 

Fin des voitures essence et diesel

La Commission veut réduire à zéro les émissions des automobiles neuves (voitures particulières et utilitaires légers) à partir de 2035. Les véhicules électriques à batteries étant les seuls à satisfaire cette exigence, ils deviendront de facto les seuls commercialisés.

Bruxelles promet 1 million de points de recharge le long des routes européennes en 2025, 3,5 millions en 2030 et 16,3 millions en 2050.

 

Transport aérien

La Commission veut taxer dès 2023 le kérosène pour les vols à l'intérieur de l'UE. Cette taxe, augmentée progressivement sur dix ans, épargnerait jets privés et avions-cargos en raison de contraintes juridiques internationales.

Par ailleurs, les compagnies perdraient progressivement les quotas gratuits d'émissions dont elles bénéficient pour leurs vols intra-européens. Bruxelles veut également relever l'objectif d'usage de "carburants durables" (mix avec biocarburants).

 

Energies renouvelables 

Bruxelles veut relever à 40% la part des renouvelables dans son mix énergétique en 2030, contre un objectif actuel de 32%. Les objectifs de réduction d'émissions pour les secteurs exclus de l'ETS (agriculture, déchets...) sont rehaussés pour chaque Etat.

 

Efficacité énergétique

L'objectif d'efficacité énergétique serait relevé: "la consommation européenne d'énergie finale devra baisser d'au moins 38%" d'ici 2030, avec une obligation de baisse pour le secteur public (transports, bâtiments, déchets...).

 

Forêts

Bruxelles propose d'instaurer une cible européenne d'absorption de carbone via les "puits de carbone" naturels (forêts essentiellement), fixée à 310 millions de tonnes équivalent CO2 d'ici 2030, après avoir déjà appelé à planter "3 milliards d'arbres" sur la décennie.

 

Fonds social

Pour enrayer l'impact sur les ménages les plus modestes et contrer la précarité énergétique, Bruxelles propose l'établissement d'un "mécanisme d'action sociale pour le climat", fonds alimenté par les recettes du "second marché du carbone".

 

Commentaires

Transports, importations, forêts: l'UE détaille son plan climat

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil