En direct

Jurisprudence

TRANSPORT PUBLIC Le tramway sur pneus de Caen roulera en 2002

JEAN-MICHEL GRADT |  le 03/09/1999  |  EntreprisesTransportsCollectivités localesArchitectureAménagement

Après quatre années de mise en sommeil, le tram léger aborde la phase de travaux.

On respire enfin à la Société du transport sur voie réservée (STVR) qui associe Spie à hauteur de 68 % et Bombardier Transport pour 32 %, depuis qu'en juillet dernier, le Conseil d'Etat a confirmé la DUP du tramway léger de Caen. Un projet pour lequel la STVR avait pourtant été déclarée concessionnaire en juillet 1994. Elle a donc rongé son frein quatre années durant. Ceci, du fait d'un recours, fondé sur un référendum d'initiative locale qui n'avait réuni que 20 % des habitants... Une péripétie qui montre les failles des procédures de concertation « à la française » ; un thème que la ministre de l'Environnement, Dominique Voynet, s'est dite prête à reconsidérer (1). « Sans cet épisode, le projet aurait été inauguré à la fin de 1998 », remarque Michel Buenerd, directeur général de la STVR. Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, la STVR constate que le projet, qui entre temps est passé de 13 km à 15,7 km avec un nombre de rames revu à la hausse, correspond parfaitement aux objectifs affichés par le plan de déplacement urbain (PDU) de l'agglomération caennaise.

Les filiales du groupe Spie en charge des travaux d'infrastructure et de superstructure (Spie Enertrans avec Spie Citra pour le génie civil et Spie Trindel pour l'électromécanique) disposent aujourd'hui d'un calendrier précis. D'ici à la fin de 1999, elles vont s'atteler aux travaux préliminaires. Viendront ensuite les travaux de la plate-forme, jusqu'au premier semestre 2000 ; ceci en vue d'une mise en service au second semestre 2002. Soit un chantier qui emploiera 400 personnes en période de pointe, pour une facture légèrement inférieure à 900 millions de francs (valeur 1994), le matériel roulant étant estimé à 250 millions de francs.

Alimentation par le sol, une voie d'avenir

Le TVR de Caen est, en France, un pionnier en matière de tramway léger. D'ailleurs, d'autres villes ont d'ores et déjà opté pour cette solution ou s'apprêtent à le faire (voir encadré). Toutefois, les villes qui tiennent à préserver leur centre historique verraient d'un bon oeil la suppression des caténaires, nécessaires mais pas vraiment esthétiques. Bref, un tram (sur rail ou sur pneus) alimenté par le sol serait une avancée technique plus que convaincante.

Cette dernière solution, actuellement testée à Marseille par la SGTE (filiale de Spie Enertrans), soulève bien évidemment l'intérêt du syndicat mixte, maître d'ouvrage à Caen. En cas de succès, elle pourrait être appliquée à moyen terme, à Bordeaux, notamment.

(1) La l'occasion du prochain congrès du Gart qui s'est à plusieurs reprises élevé contre les décisions négatives des commissions d'enquête, à Maubeuge et à Valenciennes.

TRACE

Longue de 15,7 km, la ligne du TVR offrira 34 stations aux habitants de l'agglomération de Caen. Les 24 rames, livrées par la société Bombardier, seront exploitées par la CTAC (groupe VIA GTI). Elles pourront transporter 4 000 passagers à l'heure dans chaque sens.

Les perspectives du tramway sur pneus

Outre Caen, plusieurs agglomérations vont s'équiper d'un tramway sur pneus, ou étudient cette possibilité.

A Nancy : la Communauté urbaine du grand Nancy a lancé sept lots pour son futur TVR (transport sur voie réservée). Les travaux, qui courent de début août 1999 à fin 2000 représentent 920 millions de francs pour une première ligne de 11 km.

A Clermont-Ferrand : la capitale française du pneu compte aujourd'hui tester un système intermédiaire entre celui de Bombardier et un guidage optique .

D'autres agglomérations, par leur taille mais surtout par leur relief, pourraient manifester leur intérêt pour ce type de tramway léger. Il s'agit de Nice et de Maya (près de Porto, au Portugal) voire des projets d'Angers et du Mans.

Au plan industriel, l'offre de matériel est fournie avec notamment Bombardier (présent à Caen), mais aussi les groupes Translohr et Matra Transport International-RVI (avec son Civis). Une offre testée par les pouvoirs publics sur le site RATP du Trans-Val-de-Marne (TVM).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur