En direct

TransPod Hyperloop
La capsule se déplace dans un tube grâce à un rail électrifié qui lui transmet de l’énergie en continu, sans contact. - © TRANSPOD

TransPod Hyperloop

le 09/11/2018  |  TransportsInfrastructuresElon MuskHyperloop

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Technique
Infrastructures
Elon Musk
Hyperloop
Valider

Genèse

Ingénieur dans l'aéronautique, le Français Sébastien Gendron a fait ses armes principalement chez Airbus et Bombardier avant de monter sa société. « Je voulais entreprendre dans les transports, mais pas dans des composants aéronautiques, plutôt dans quelque chose de nouveau », explique-t-il. Il se documente sur les transports par tube et décide de se lancer dans l'aventure lorsqu'Elon Musk, le dirigeant de Tesla, leur consacre un livre blanc, en 2013.

Il prend alors contact avec l'université de Toronto (Canada), laquelle met à sa disposition des étudiants dans le cadre de leur projet de fin d'études afin qu'ils travaillent sur les premiers concepts.

L'aventure TransPod commence.

Technologie utilisée

Tout est embarqué dans la capsule. L'infrastructure se limite à un tube métallique de 4 mètres de diamètre et à un rail électrifié capable de transmettre en continu l'énergie nécessaire au véhicule. Le tout sans contact, en générant un arc électrique. Le système de propulsion comme celui de lévitation sont dit actifs.

Piste d'essai

TransPod Hyperloop a déposé un permis de construire pour réaliser une piste d'essai sur pylônes de 3 km et implanter son centre de recherches à Droux, en Haute-Vienne. Le terrain - une ancienne voie ferrée - appartient au département, qui a accordé un bail emphytéotique à TransPod pour une durée de trente ans. Le tube et la capsule seront conçus à l'échelle 1/2 et doivent permettre de valider l'ensemble des briques technologiques. Les travaux devraient débuter en mars 2019 et durer six mois. Le projet devrait revenir à 21 M€.

Coût au kilomètre

Il est pour le moment estimé à 19 M€, dont 1 M€ pour les stations de pompage installées tous les 250 m. Sébastien Gendron espère encore l'abaisser.

Partenaires

Les premiers investisseurs de TransPod Hyperloop étaient des industriels italiens. Une deuxième levée de fonds de 45 M€ a permis d'accueillir de nouveaux partenaires. Si leurs noms seront dévoilés début 2019, Sébastien Gendron assure qu'il pourrait y avoir de grands acteurs de l'économie française. Sans en dire davantage, il reconnaît avoir eu des contacts avec la Caisse des dépôts et des entreprises de la construction qui, elles, se positionnent sur un partenariat industriel. Un accord avec un acteur canadien du BTP pourrait aussi être passé.

Ambitions

TransPod Hyperloop a déposé en août une proposition détaillée auprès du gouvernement de l'Alberta, province du sud-ouest du Canada, pour réaliser une première ligne commerciale de 300 km entre les villes de Calgary et Edmonton. Objectif : donner les premiers coups de pioche en 2025 pour une mise en service en 2030. A terme, Sébastien Gendron espère conquérir 50 % du marché mondial des transports à très haute vitesse.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur