En direct

Toutes les tours de la Défense ont été désamiantées

DEVIGE-STEWART Thierry |  le 15/03/2005  |  Seine-et-MarneVal-d'OiseYvelinesParisSeine-Saint-Denis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Seine-et-Marne
Val-d'Oise
Yvelines
Paris
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Essonne
Hauts-de-Seine
Environnement
Santé
Technique
Valider

C’est ce qu’affirme le président de l'Etablissement public d'aménagement de la Défense (EPAD), Bernard Bled, après la révélation de la présence d’amiante dans la tour Montparnasse. Il resterait toutefois 12.000 mètres carrés "d'amiante stabilisée" non dangereuse à traiter dans les sous-sols du quartier d’affaires.

"Tous les parkings ont été désamiantés en 10 ans, soit 20.000 mètres carrés à 150 euros le mètre carré désamianté", a ajouté M. Bled. Reste le quartier "Défense 6", situé place de la Coupole, au pied de la tour Areva. Les voies souterraines de livraison de ce quartier comptent encore 12.000 mètres carrés au total (deux niveaux de 6.000 mètres carrés) d'amiante floquée stabilisée au plafond. Selon le président de l'EPAD, "les travaux commenceront à l'automne, pour deux à trois ans et pour un coût d'environ trois millions d'euros. Il s'agit d'amiante niveau 2, stabilisée, qui ne présente pas de danger immédiat pour la santé". "Nous avons décidé de l'enlever quand même, même si la réglementation ne nous y oblige pas", a affirmé M. Bled, selon qui il ne reste pas d'amiante "niveau 3" (dangereuse) à la Défense "à notre connaissance".

Rappelons que le Journal du dimanche a révélé que la tour Montparnasse renfermait de l'amiante, à priori non dangereuse, dans ses plafonds, parois et dalles, et que le diagnostic avait souffert d'un retard d'au moins un an et demi, contrairement à la réglementation. Située dans le 14ème arrondissement de Paris, la tour Montparnasse reçoit près de 600.000 touristes par an et 5.000 personnes y travaillent. L'amiante, largement utilisée dans l'isolation jusqu'à son interdiction au 1er janvier 1997, est fortement cancérigène. Elle est responsable chaque année en France de 3.000 à 4.000 décès, soit un total de 100.000 morts à venir sur 30 ans.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil