En direct

Tout-en-un pour manutention lourde : une grue géante sur un 8 x 4 renforcé

MICHEL DESFONTAINES |  le 22/06/2012  |  IngénierieMatériel de chantierFrance entièreLoire-Atlantique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ingénierie
Matériel de chantier
France entière
Loire-Atlantique
Valider
Levage -

La carrosserie Drouet, près de Nantes, a installé la plus puissante des grues Fassi sur un châssis modifié en profondeur. Le véhicule équipé est destiné à l’installation de transformateurs EDF « prêts-à-brancher » pour le compte de la société Génitec. Ces modules en béton contenant tous les équipements prémontés pèsent autour de 8 t. Le camion comprend une benne pour l’outillage et la grue Fassi F1950, placée à l’arrière en léger porte-à-faux. L’ensemble ne dépasse pas la limite de 32 t du PTAC. Le transformateur à installer est, lui, tracté sur une remorque, ce qui confère une autonomie complète à cet attelage innovant pouvant emprunter librement le réseau routier existant, en particulier la voirie urbaine. Ce concept tout-en-un pour manutention lourde permet de se passer d’une grue mobile. « La 195 tm ne pèse qu’une tonne de plus que la 150 tm, mais elle est 20 % plus performante », souligne Giovanni Fassi, administrateur délégué de la firme italienne. « Lors du réglage du logiciel de la grue, le bras a été déployé à 17 m avec une charge de 11 t, précise Olivier Bretin, chef d’équipe carrosserie de Drouet. C’est 30 % de plus que la charge moyenne qu’elle aura à déposer. » Fassi, Volvo, Miltra (importateur de la marque italienne pour la France) et Drouet ont étroitement collaboré pour faire la chasse au moindre kilo superflu et obtenir un châssis le plus bas possible, garant d’un bon équilibre. Le réservoir de carburant est ainsi passé de 600 l à 400 l. Des jantes en aluminium ont permis de gagner près de 200 kg. Le réservoir d’huile du système hydraulique (800 l) et le refroidisseur ont été transférés à l’avant. Les pneus sont en 70 x 31 pour abaisser le châssis. La charge se répartit en 9 t sur l’avant et 23 t sur les trois essieux arrière. « Pour parvenir à équilibrer le véhicule et obtenir la meilleure stabilité, nous avons allongé le châssis au maximum (10,86 m) sans mettre trop de poids sur les essieux arrière, résume Olivier Bretin de Drouet. Nous avons renforcé le châssis existant avec des tôles en Hardox de 10 mm qu’il a fallu souder dans un ordre rigoureux sans possibilité de revenir en arrière. » Le temps de travail consacré à cette intégration est estimé à 700 heures.

PHOTO - 644946.BR.jpg
PHOTO - 644946.BR.jpg - © Michel desfontaines

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Construire, rénover et aménager une maison

Construire, rénover et aménager une maison

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur