En direct

Tourisme vert, la montagne relève le défi (3/5) : Superbagnères en ascension vers les quatre saisons
La réduction de l'enneigement incite les collectivités à promouvoir des pratiques adaptées aux quatre saisons. - © Adrien Nowak

Tourisme vert, la montagne relève le défi (3/5) : Superbagnères en ascension vers les quatre saisons

Orianne Dupont (Bureau de Bordeaux du Moniteur) |  le 20/01/2021  |  montagneHaute-Garonne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
montagne
Haute-Garonne
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Trois stations de ski pyrénéennes - Luchon-Superbagnères, Bourg d’Oueil et Le Mourtis - réunies au sein du syndicat mixte Haute-Garonne montagne depuis 2018, sont poussées à se renouveler. Leur situation économique d’abord – pointée en 2015 dans un rapport de la Cour des comptes –, le réchauffement climatique, ensuite, mais également les nouvelles demandes des usagers de la montagne ont incité le syndicat à lancer sa stratégie « quatre saisons », afin de sortir du tout ski avec un plan d’investissements sur cinq ans de 25 M€.

« Chaque année, nous avons moins de neige », reconnaît Maryse Vézat-Baronia, vice-présidente du conseil départemental en charge de l’aménagement du territoire et du tourisme et vice-présidente du syndicat mixte Haute-Garonne montagne. Ce constat dicte une stratégie de transition en deux temps : légère jusqu’en 2020 avec des aménagements de sentiers pour les VTT, de pistes de luge et le développement de nouvelles activités, elle devient plus concrète cette année.

Priorité au ski


« Début 2020, nous avons réuni les responsables des stations de ski, l’office du tourisme, les éleveurs, les acteurs culturels… afin de créer un réseau », ajoute l’élue. Pour l’heure, le ski reste la priorité : « Il est compliqué pour les acteurs de rentrer dans une rupture totale, d’autant qu’un emploi sur quatre est lié au tourisme de montagne ici », reconnaît-elle.

51 enneigeurs se répartiront sur les pistes, d’ici à la fin de l’année, afin de produire plus de neige de culture en consommant moins d’eau et moins d’énergie. Plus question d’avoir recours à des opérations radicales comme celle de l’hiver 2020 qui a consisté en l’héliportage de neige des sommets vers les pistes enfant… Cet épisode a ouvert une série noire : « Nous n’avions pas de neige, c’était une catastrophe, cette décision avait été prise dans l’urgence… Et cette année, nous avons de la neige, mais ne pouvons pas l’utiliser… », témoigne l’élue.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Tourisme vert, la montagne relève le défi (3/5) : Superbagnères en ascension vers les quatre saisons

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil