Réalisations

Tour de France des bâtiments nominés à la Première œuvre 2012 (3/6)

Mots clés : Architecte - Architecture - Bâtiment d’habitation individuel - Logement social - Prix d'architecture - Réseau routier

Du 11 au 18 janvier, la rédaction d’AMC vous propose de traverser la France, du Nord au Sud, sur la route des bâtiments nominés au prix d’architecture de la Première œuvre 2012. Etape du jour : Cesson (Seine-et-Marne), où l’architecte Raphaël Gabrion a réalisé 49 logements sociaux pour la Résidence urbaine de France.

En abordant la question du périurbain sous l’angle du paysage, cette opération évite l’écueil d’une organisation spatiale centrée sur la voiture, dispositif répandu dans les quartiers résidentiels qui l’entourent. Profitant de la proximité d’une gare RER, c’est le piéton qui, grâce à un traitement soigné des espaces publics, prend les devants pour constituer le principal vis-à-vis des 49 logements regroupés en trois bandes. Bâtie sur un ancien terrain agricole encaissé de 7700 m2, l’opération développe une typologie alliant maisons individuelles accolées (T5 et T4 en duplex ou triplex) et petits collectifs (T2 et T3 superposés). Simple et efficace, cet assemblage parallèle à un mail piéton offre un skyline urbain peu commun dans ce territoire dilaté entre ville et campagne.

 

Allure dépouillée

 

Les deux « sentes », voies de circulations plantées s’immisçant entre les bandes bâties, sont reliées par cinq passages publics englobés dans le creux des circulations verticales extérieures des collectifs. À l’intérieur des logements tous traversants, ce sont les grands volumes (certains séjours atteignent 7 m sous plafond) et leurs ouvertures vers l’extérieur qui priment. Chacun possède son jardin privé, sa terrasse ou son balcon. Enveloppée par la façade en maçonnerie isolée par l’intérieur, une trame régulière de refends béton constitue la structure de l’ensemble. Ce dispositif écarte l’utilisation de rupteurs thermiques, facilite l’assemblage des typologies et a permis à la maîtrise d’ouvrage de faire évoluer la répartition des logements à son gré. Minimaliste et soigné, chaque détail, de la zinguerie aux volets, réalisé avec des produits standard, concourt à l’allure dépouillée de l’opération.

Focus

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Résidence urbaine de France

Maîtrise d’œuvre : Raphaël Gabrion Architectures, architecte ; Emma Blanc, paysagiste ; Y-Ingéniérie, BET TCE

Surface : 3860 m2 Shon et 3500 m2 de jardin

Coût : 5,9 millions d’euros HT

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X