En direct

Tour de France des bâtiments nominés à l’Equerre d’argent 2013 : Strasbourg (Bas-Rhin)

Margaux Darrieus |  le 09/01/2014  |  CalvadosArchitectureCommunicationPrix d'architectureConception-réalisation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Calvados
Architecture
Communication
Prix d'architecture
Conception-réalisation
Transports
Bas-Rhin
France entière
Professionnels
Valider

Du 7 au 13 janvier, LeMoniteur.fr vous propose de parcourir la France sur la route des opérations nommées au prix d’architecture de l’Equerre d’argent 2013. Etape du jour : Strasbourg (Bas-Rhin), où l’architecte-ingénieur Marc Mimram a réalisé l’extension de l'Ecole nationale supérieure d'architecture.

Tout en transparence, l’extension de l’école d’architecture de Strasbourg projette ses étudiants au plus près de leur futur terrain d’exercice, la ville. La structure métallique mise en scène en fait un outil pédagogique à destination des futurs architectes. Que faut-il enseigner aux architectes de demain ? Alors que le ministère de la Culture s’interroge sur les modalités d’une réforme de l’enseignement, l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg inaugure son extension, manifeste pédagogique. Réalisé par l’architecte-ingénieur Marc Mimram, cet édifice métallique propose des réponses fortes à certains enjeux de l’architecture contemporaine, notamment la sensibilisation du public à la qualité du cadre de vie et les relations structure-vêture façonnés par les réglementations.

Première étape du chantier de restructuration qui vise à doubler la surface de l’école existante tout en la maintenant en centre-ville - la seconde étape consiste en la réhabilitation de l’édifice d’origine, un garage automobile des années 1930 transformé en 1983 pour accueillir l’école -, le nouveau bâtiment valorise totalement son implantation. D’abord en optimisant l’enveloppe constructible permise par le PLU sur cette parcelle d’angle exiguë. Ensuite, en créant un dialogue visuel permanent entre la ville et les étudiants, notamment grâce à une composition autour de deux vides perpendiculaires. Il en résulte la superposition sur un socle vitré - abritant l’accueil, un espace d’exposition et la cafétéria - de quatre boîtes translucides contenant chacune deux niveaux de salles d’enseignement (cours théoriques, ateliers de projet, salle informatique).

Ces volumes de 7 m de hauteur chacun, déhanchés pour répondre aux alignements des façades voisines, s’articulent autour d’un atrium central. Ce vide, fendant le bâtiment de part en part, relie visuellement et physiquement le sous-sol au deuxième étage et à la passerelle métallique extérieure rejoignant le garage. Conçu comme le cœur visible de la nouvelle école, cette faille est un élément essentiel de l’enseignement vu par Marc Mimram. « La pédagogie doit pouvoir sortir des salles de cours et des ateliers pour se montrer, s’exprimer dans un partage critique et vivant », explique l’architecte. De fait, on imagine aisément cette épine dorsale, de 9,60 m de large sur 15 m de longueur et 15 m de hauteur, en théâtre des expérimentations étudiantes. La présence d’une nappe phréatique quasi-affleurante a nécessité la réalisation d’un épais cuvelage en sous-sol où sont disposés deux amphithéâtres (250 et 120 places).

Modénature structurelle

Au-dessus, la structure métallique est stabilisée par deux noyaux de béton longeant les mitoyens et abritant les locaux techniques (salle de reprographie, espace maquette, sanitaires…). « Les boîtes sont ensuite posées sur des talons aiguilles », ironise Marc Mimram. Pour favoriser une impression de légèreté, sept fins poteaux métalliques reprennent au rez-de-chaussée les charges des étages. C’est dans la constitution des boîtes que se cristallise le point de vue théorique du concepteur. « Comment rétablir le dialogue entre la structure et l’enveloppe qui s’ignorent trop souvent dans l’architecture contemporaine ? », questionne l’architecte dont le souhait était de « faire sentir la structure aux étudiants et de leur démontrer qu’elle peut être non contraignante, voire libératoire ».

Des poutres mixtes, hybridation des poutres-treillis de type Warren et des poutres-échelles Vierendeel, laissées apparentes à l’intérieur et habillées d’un mur-rideau de verre et d’une mantille en tôle d’aluminium déployé à l’extérieur constituent les façades de chacun des volumes dont l’isolation est assurée par le vitrage. Dedans, ce périmètre porteur garantit l’adaptabilité des salles de cours. Dehors, il crée une modénature singulière évoquant les colombages strasbourgeois. À l’abri de cette peau translucide percée de larges baies rectangulaires, les étudiants sont aux premières loges de la structure et de la ville qui les entoure. Ils le sont également d’un second œuvre parfaitement exécuté : tous les réseaux sont apparents et circulent sans fausse note dans les poutres alvéolaires supportant les planchers. Le tableau de cette architecture rigoureuse et didactique est également offert aux passants, spectateurs de ses ombres chinoises à la nuit tombée.

Tous les bâtiments nominés au prix d’architecture de l’Equerre d’argent 2013 sont à retrouver dans la revue AMC « Une année d’architecture en France », datée de décembre 2013/janvier 2014 (pp. 69-109).

Fiche technique

Lieu : Strasbourg, Bas-Rhin

Maîtrise d’ouvrage : ministère de la Culture et de la Communication – Direction générale des patrimoines, Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture

Maîtrise d’œuvre : Marc Mimram, architecte mandataire ; Marc Mimram ingénierie SA, BET structure et économie ; Alto ingénierie SA, BET fluides ; Peutz & associés, BET acoustique

Surfaces : surface d’origine, 4360 m² Shon ; surface après travaux d’extension et de réhabilitation, 8880 m² Shon

Calendrier : concours, janvier 2008 ; livraison du bâtiment neuf, avril 2013 ; livraison du bâtiment existant restructuré, juin 2014

Coût : 13 M€ HT (extension et réhabilitation)

Entreprises : Léon Grosse, gros œuvre ; Zwahlen & Mayr SA, fabrication et montage charpente métallique ; Laubeuf, façades

Commentaires

Tour de France des bâtiments nominés à l’Equerre d’argent 2013 : Strasbourg (Bas-Rhin)

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur