En direct

Tour de France des bâtiments nominés à l’Equerre d’argent 2013 : Orléans (Loiret)

Margaux Darrieus |  le 10/01/2014  |  LoiretArchitectureCommunicationPrix d'architectureTransports

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Loiret
Architecture
Communication
Prix d'architecture
Transports
International
Calvados
Bas-Rhin
Haute-Corse
Professionnels
Valider

Du 7 au 13 janvier, LeMoniteur.fr vous propose de parcourir la France sur la route des opérations nommées au prix d’architecture de l’Equerre d’argent 2013. Etape du jour : Orléans (Loiret), où les architectes Dominique Jakob et Brendan MacFarlane ont réalisé la réhabilitation et l’extension du Fonds régional d’art contemporain.

Pour doter le Frac Centre d’un équipement à la mesure de ses ambitions, l’agence Jakob+MacFarlane a conçu une greffe turbulente sur un site historique rigide. Son expressivité cache une vision collaborative de l’architecture, mêlant savoir-faire numérique et artisanal. À première vue, la plastique audacieuse du nouveau bâtiment du Frac Centre est parfaitement accordée aux collections de l’institution. De la même façon qu’interrogent les travaux prospectifs tirés du fond dédié à l’architecture expérimentale, les trois « turbulences » conçues par Jakob+MacFarlane bousculent le visiteur. Elles déstabilisent - le sol dont elles jaillissent n’est pas plan - autant qu’elles chahutent les façades strictes du bâtiment des Susbistances militaires.

L’esthétique est ambitieuse pour un petit programme. Les excroissances hébergent dans un espace continu de 400 m2, l’accueil du Frac, une librairie, une galerie d’actualité et une galerie vidéo. Elles desservent également les plateaux d’exposition répartis dans les trois bâtisses du XIXe siècle (une quatrième, longeant le boulevard, a été démolie pour ouvrir le projet sur la ville). Au cœur des édifices historiques restaurés, l’extension remplit sa fonction signalétique : depuis le boulevard, les tubes argentés annoncent l’équipement culturel. Les turbulences offrent enfin une identité architecturale au Frac Centre, sans domicile fixe depuis sa création en 1982.

Géométrie irrégulière

« Le Frac possède une très belle collection d’architecture. L’enjeu était d’affirmer un projet expérimental qui, dans sa forme, identifie le positionnement de l’institution », affirme Dominique Jakob. Si l’expérience formelle est incontestable, qu’en est-il du caractère expérimental également revendiqué par la maîtrise d’ouvrage ? À propos du façonnage des volumes, les explications des architectes sont obscures : les excroissances seraient issues du prolongement et de la rencontre des trames qui composent les bâtiments historiques. Pas d’expérimentation structurelle non plus : la charpente métallique tubulaire, certes complexe, est bardée de panneaux d’aluminium composite côté face et de plaques de bois perforées côté pile. Invisible, le travail prospectif est néanmoins prégnant car il a trait à la fabrique du projet. L’équipe de maîtrise d’œuvre et les entreprises ont mutualisé leur savoir dans un unique fichier informatique pour livrer cette architecture à la géométrie irrégulière.

Proche du principe de la maquette numérique, cette méthodologie nommée « file to factory » envisage le projet comme un processus continu depuis la conception de l’objet jusqu’à sa fabrication. Dans le cadre de ces volumes complexes - les turbulences forment ensemble un squelette auto-stable -, cette méthode a permis un passage performant de la modélisation à la mise en œuvre. Dans les faits, le fichier source créé par les architectes au moment du concours s’est enrichi à la faveur des études jusqu’à superposer les informations relatives à l’enveloppe, aux nœuds structurels, aux fluides, à l’éclairage, etc.

Montage millimétré

Ce dispositif collaboratif a permis de simplifier la réalisation en décomposant les volumes en facettes trapézoïdales planes (il n’y a aucune surface gauche) et en établissant une nomenclature des pièces de charpente. Il a également permis de définir la géométrie des connexions structurelles pour produire des ordres de découpe numérique précis. Au montage, la comparaison des relevés d’emplacement réel de chaque élément avec les données théoriques a permis d’obtenir une installation extrêmement proche du modèle informatique.

Face à cette structure articulée, l’exigence numérique et la haute qualité artisanale sont interdépendantes. Les cadres ont été réalisés, découpés, montés à blanc puis mis en place et soudés sur site manuellement. Visible de l’intérieur, la structure est semblable à une toile d’araignée aux fils démesurément épais. L’effet d’écrasement est issu de l’uniformisation des diamètres des tubes, vocabulaire esthétique déjà mis en œuvre par les architectes aux Docks à Paris. Pour autant, la structure des turbulences n’est pas surdimensionnée. L’épaisseur de chaque tube varie en fonction des efforts qu’ils doivent supporter, allant de 40 mm en pied à 8 mm environ en partie supérieure.

Tous les bâtiments nominés au prix d’architecture de l’Equerre d’argent 2013 sont à retrouver dans la revue AMC « Une année d’architecture en France », datée de décembre 2013/janvier 2014 (pp. 69-109).

Fiche technique

Lieu : Orléans, Loiret

Maîtrise d’ouvrage : Région Centre (en coopération avec l’État, l’Europe - au titre du FEDER - et la ville d’Orléans)

Maîtrise d’œuvre : Jakob+MacFarlane, architectes ; Electronic Shadow, 1% artistique ; Batiserf, BET structure ; Emmer Pfenninger Partner AG, conception façades ; Choulet, BET fluides ; Bureau Michel Forgue, économie ; J-P Lamoureux, acoustique

Programme : réhabilitation et extension du Fond régional d’art contemporain

Surfaces : 3400 m² Shon ; surface d’exposition, 1400 m² ; accueil, galerie d’actualité et salle de conférence des turbulences, 400 m² ; surface de conservation et ateliers techniques, 660 m² ; administration, 135 m² ; réserves externalisées, 1500 m²

Calendrier : concours, 2006 ; livraison, 2013

Coût travaux : 8,5 M€

Commentaires

Tour de France des bâtiments nominés à l’Equerre d’argent 2013 : Orléans (Loiret)

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur