En direct

Tour de France des bâtiments nominés à l’Equerre d’argent 2013 : Jossigny (Seine-et-Marne)

GILLES DAVOINE |  le 08/01/2014  |  Seine-et-MarneArchitectureBâtimentCommunicationPrix d'architecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Seine-et-Marne
Architecture
Bâtiment
Communication
Prix d'architecture
Transports
International
Seine-Saint-Denis
France entière
Technique
Valider

Du 7 au 13 janvier, LeMoniteur.fr vous propose de parcourir la France sur la route des opérations nommées au prix d’architecture de l’Equerre d’argent 2013. Etape du jour : Jossigny (Seine-et-Marne), où l’agence d’architecture Brunet-Saunier a réalisé un centre hospitalier.

Les architectes de l’agence Brunet-Saunier ont livré un hôpital qui réunit dans un seul bâtiment de verre, compact et sans aspérité, des chambres et des plateaux techniques adaptables en fonction des évolutions de la médecine et de la chirurgie. Dans la périphérie d’Eurodisney, le nouveau centre hospitalier de Marne-la-Vallée étend à plat (sur 200 mètres de long et 100 mètres de large, pour seulement 13 mètres de haut), son volume en verre, rectangulaire et immaculé. Au château rose de la Belle au bois dormant, aux rochers reconstitués des mines du Colorado, au pastiche haussmannien du quartier du Val d’Europe, l’architecte Jérôme Brunet oppose une architecture blanche, lisse et rationnelle qui vise à exprimer l’efficacité et la technologie sophistiquée qui caractérise la médecine et la chirurgie contemporaines.

L’enveloppe de verre du parallélépipède est sans aspérité. Elle fait disparaître les pleins et les ouvertures, comme le moindre élément technique, sous une même surface réfléchissant le ciel, hachurée de bandes blanches verticales. L’ensemble dégage une impression sécurisante, d’efficacité et d’expertise, une architecture où le fortuit n’a pas sa place. Et ce n’est pas non plus le fruit du hasard si Jérôme Brunet en est venu à proposer cette architecture compacte, tout entière contenue dans un seul volume qu’il dénomme monospace. Il résume sa démarche par un petit retour dans l’histoire : « Au XIXe siècle, l’hôpital était essentiellement un lieu d’hébergement avec des espaces techniques - médecine et chirurgie - très réduits. Au XXe siècle, les plateaux techniques ont pris de l’importance et ont souvent occupé un bâtiment-socle sur lequel des plots d’hébergement étaient répartis. Aujourd’hui, on peut considérer que c’est l’hôpital dans son ensemble qui est devenu un espace technique. Ce qui nous amène à réunir les chambres des patients et les lieux où ils sont traités dans un unique volume compact, un monospace. »

Machine à soigner

Pour accentuer encore l’efficacité et l’unicité de cette machine à soigner, les fonctions logistiques - stockage des médicaments, cuisine, restaurant du personnel, blanchisserie - en ont été extirpées, et rassemblées dans un second bâtiment, un peu à l’écart, relié en sous-sol. Il résulte de cette recherche de performance hospitalière, la superposition de trois niveaux aux plans strictement tramés (7,20 m x 7,20 m), à l’organisation rigoureuse et homogène pour réduire au maximum les déplacements des patients, des infirmières et des médecins. Mais aussi pour permettre une flexibilité dans les surfaces allouées à chaque service selon les besoins et l’évolution des techniques médicales. « En moins d’une décennie, les progrès technologiques et ceux des pratiques opératoires sont tels qu’il est impossible de donner des formes immuables à chaque fonction d’un hôpital », estime Jérôme Brunet.

Au cœur du bâtiment, les indispensables apports de lumière naturelle sont fournis zénithalement par de nombreux patios qui percent régulièrement les trois niveaux. La plupart des chambres sont disposées en périphérie du bâtiment avec vue sur le paysage alentour encore largement rural. Le rez-de-chaussée se distingue par sa large rue intérieure qui donne à voir les 200 mètres de longueur de l’édifice. Scandée par la lumière colorée émanant des boîtes de verre des patios, elle distribue les salles de consultations à la journée et l’accès aux circulations verticales qui permettent au public de rendre visite aux patients. Ce dispositif de circulation dite « froide » - ouverte aux visiteurs - se double d’un dispositif de circulation dite « chaude » - à usage technique et professionnel - les deux types de circulation étant clairement distingués par la signalétique.

Discrétion

La peau du bâtiment est constituée de panneaux de verre sérigraphiés à la manière d’un code-barres. La sérigraphie permet d’atténuer la chaleur du rayonnement solaire l’été et d’instaurer une mise à distance visuelle entre l’intérieur du bâtiment - notamment les chambres - et l’extérieur. Ces panneaux de verre viennent envelopper les parties pleines en béton comme les châssis fixes ou ouvrants qui intègrent un store vénitien. Identique sur ses quatre côtés, le centre hospitalier est un bâtiment muet, qui malgré ses grandes dimensions, se glisse avec une totale discrétion dans ce paysage plat. Seuls événements, les grands aplats de verre colorés du long portique qui, détaché une dizaine de mètres en avant de la façade nord, accueille les visiteurs et signale l’entrée principale.

Tous les bâtiments nominés au prix d’architecture de l’Equerre d’argent 2013 sont à retrouver dans la revue AMC « Une année d’architecture en France », datée de décembre 2013/janvier 2014 (pp. 69-109).

Fiche technique

Lieu : Jossigny, Seine-et-Marne

Maîtrise d’ouvrage : Centre hospitalier de Marne-la-Vallée

Maîtrise d’œuvre : Brunet-Saunier Architecture (Jérôme Brunet, architecte, Olivier Contré, Christian Chopin, chefs de projet) ; Gerold Zimmerli, architecte conseil hospitalier ; Terell, BET structure ; Artelia, BET fluides ; Arcora, BET façades ; S’Pace environnement ; BET HQE ; Talbot & Associés, économiste ; Pena & Pena, Pierre-Édouard Larivière, paysagistes ; CIAL, acousticien ; Xavier Depaule, Philippe Harden, perspectivistes ; Alpha Volume, maquette

Programme : Centre hospitalier (460 lits + 125 lits psychiatriques, logipôle)

Surface : 72 000 m2

Calendrier : 2005, concours ; 2012, livraison

Coût : 158 M€ HT

Commentaires

Tour de France des bâtiments nominés à l’Equerre d’argent 2013 : Jossigny (Seine-et-Marne)

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur