En direct

Toulouse renoue avec la Garonne

CHRISTIANE WANAVERBECQ |  le 29/11/2013  |  AriègeHaute-GaronneEtat

Plan-guide -

Longtemps délaissée, la Garonne doit devenir la colonne vertébrale naturelle et vivante de l’agglomération toulousaine. Le projet Grand parc Garonne facilite l’accès au fleuve tout en fédérant les communes traversées.

Sauvage en amont, totalement canalisée au centre de Toulouse et difficilement maîtrisable en aval, la Garonne a été délaissée par les Toulousains, alors qu’elle a longtemps été un vecteur de développement économique en tant que lieu de passage et de transport de matériaux. La crue de 1875, qui a détruit le quartier de Saint-Cyprien sur la rive gauche, a été l’événement déclencheur et a conduit à une politique d’endiguement. Aujourd’hui, à l’issue d’une longue concertation et de l’élaboration d’un plan-guide par l’agence Ter, Toulouse et les six autres communes de la communauté urbaine traversées par le fleuve ont décidé de partir à sa reconquête. « L’enjeu est de retrouver l’animation passée autour du fleuve avec des aménagements qui donnent envie aux habitants de Toulouse Métropole d’y retourner. Nous attendions de l’agence Ter une réflexion globale en termes de cohérence d’usages et de préprogrammation sur l’ensemble du linéaire. Nous disposons aujourd’hui d’un outil qui va nous permettre d’aménager le Grand parc Garonne au fur et à mesure de nos possibilités et de nos besoins. Il s’agit d’orientations qui seront à affiner tout au long du processus », déclare Daniel Benyahia, vice-président de la communauté urbaine Toulouse Métropole, adjoint au maire chargé de l’urbanisme et des projets urbains.

Corridor écologique

Le projet est ambitieux. Il embrasse un territoire de plus de 3 000 ha. Il vise à prendre en compte tous les usages (promenade, loisirs, sport, culture, navigation, etc.), à créer une continuité sur un linéaire de 32 km tout en préservant et valorisant le patrimoine architectural et naturel. « L’agence Ter nous a révélé un corridor écologique, véritable réserve de biodiversité reposant sur une multitude de paysages sculptés par la Garonne elle-même ou par les habitants de ses berges », confirme Gérard Gervois, directeur de projet Grand parc Garonne à Toulouse Métropole.
Parallèlement à la réflexion stratégique à horizon 2030, l’agence Ter a déterminé des séquences qui bénéficieront chacune d’un traitement soulignant leurs propres atouts. Afin d’engager tout de suite la reconquête du fleuve, douze grands sites ont été identifiés qui feront l’objet d’opérations diverses confiées à des maîtres d’œuvre : réhabilitation de bâtiments, traitement d’espaces publics, désenvasement au droit de quai, aménagement d’équipements d’amarrage de type embarcadère… Sur l’aval, par exemple, Toulouse Métropole a choisi le bureau d’études Tryptique pour créer une passerelle à la confluence du Touch et de la Garonne. Elle est destinée à créer une continuité en rive gauche et à raccrocher celle-ci au tissu urbain et au réseau de transports publics. Un peu plus au nord, sur la rive droite, il s’agit de renaturer le site et de l’ouvrir aux zones humides qui résultent des anciennes gravières ou des divagations du fleuve.
Ailleurs, au niveau de l’Arc culturel, sur la rive gauche, l’agence Ter préconise de valoriser tous les lieux emblématiques (musée des Abattoirs, théâtre Garonne, hôpital de la Grave, hôtel-Dieu, etc.) en les reliant par un circuit. Toulouse Métropole a posé un premier jalon en signant une convention avec le centre hospitalier universitaire de Toulouse pour acquérir une partie du site de la Grave et permettre sa traversée. Sur la rive droite, l’urbaniste catalan Joan Busquets va livrer, en 2014, une place Saint-Pierre rénovée et à nouveau reliée au fleuve par des emmarchements.

Jusqu’à la confluence avec l’Ariège

Plus en amont, toujours sur la même rive, l’urbaniste associé à Egis étudie l’aménagement d’une continuité sur berge au niveau du port Garaud, entre le quartier Empalot et le centre-ville. L’enjeu consiste à reconstituer un quai en partie basse sur une digue existante. Projet de la communauté urbaine, le Grand parc Garonne s’inscrit dans une approche spatiale et temporelle plus large. L’agence Ter a en effet démontré l’intérêt de dépasser les strictes limites du territoire communautaire et d’aller jusqu’à la confluence avec l’Ariège, qui marque l’entrée de la Garonne dans le territoire toulousain. Dans cet esprit, Toulouse Métropole est associée aux collectivités limitrophes du Sicoval et de la communauté d’agglomération du Muretain dans la constitution d’une réserve naturelle régionale sur ce secteur amont.

PHOTO - 761228.BR.jpg
PHOTO - 761228.BR.jpg
PHOTO - 761043.BR.jpg
PHOTO - 761043.BR.jpg
PHOTO - 761227.BR.jpg
PHOTO - 761227.BR.jpg
PHOTO - 761042.BR.jpg
PHOTO - 761042.BR.jpg
PHOTO - 761044.BR.jpg
PHOTO - 761044.BR.jpg
PHOTO - 761229.BR.jpg
PHOTO - 761229.BR.jpg

Commentaires

Toulouse renoue avec la Garonne

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Traité de contentieux de la commande publique

Traité de contentieux de la commande publique

Livre

Prix : 87.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur