Environnement

Toulouse : la SNPE autorisée à reprendre ses activités

Mots clés : Sécurite civile

Le site de la SNPE (Société nationale des poudres et explosifs) de Toulouse, paralysé depuis l’explosion de l’usine AZF le 21 septembre 2001, a été autorisé le 31 juillet 2002 par le préfet de Haute-Garonne à reprendre ses activités pour « un certain nombre de productions ne faisant pas appel au phosgène », a annoncé vendredi la SNPE.
Dans un communiqué, la SNPE précise que l’arrêté préfectoral autorisant la reprise « fixe un cadre précis pour la reprise d’un certain nombre de productions ne faisant pas appel au phosgène: carburants d’Ariane 5, des satellites et des missiles, produits pour l’agriculture, le jardinage, matière première des verres de lunettes et lentilles de contact, additifs alimentaires, produits pour les peintures et les encres, sécurité automobile ».
La délivrance de cet arrêté préfectoral fait suite à la décision du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, le 1er juillet, d’autoriser le redémarrage partiel du pôle chimique toulousain et de l’usine SNPE, mais en excluant sa production la plus importante, celle du phosgène.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X