En direct

Toujours plus d'E+C-
Sous le regard de Jacques Chanut, président de la FFB (à d.), la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse remet les premiers labels E+C- le 15 mars 2017 - © © Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Toujours plus d'E+C-

Adrien Pouthier |  le 15/03/2017  |  ImmobilierEntreprisesTechniqueBâtimentEtat

L'expérimentation de la future réglementation "Energie positive et réduction carbone" et du label associé bat son plein. Réunis le 15 mars par la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, les acteurs du secteur de la construction étaient venus en témoigner, signer qui une convention de financement (USH) qui une charte d'engagement (EGF.BTP) et voir délivrer les premiers labels.

Enfin une démarche politique et technique qui fait l'unanimité. Après les cahots de la RT 2012, l'expérimentation de la future réglementation "Energie positive et réduction carbone" pour les bâtiments et du label associé E+C-, satisfait à la fois le secteur de la construction et l'Etat.

Justement parce que c'est une expérimentation et un travail collaboratif. "J'aurais pu imposer une réglementation et vous seriez alors venus vous plaindre dans mon bureau", a grincé la ministre du Logement Emmanuelle Cosse qui remettait mercredi 15 mars les premiers labels à des opérations E+C-. "Vous auriez eu peut-être des mots peu flatteurs à mon égard. J'aurais pu. Nous sommes tous capable de jouer ces rôles. Pour éviter l'obligation par la loi et éviter les blocages j'ai donc voulu cette expérimentation."

Une démarche qui plaît donc au secteur de la construction qui voit son rôle valorisé, notamment via le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique qui pilote l'expérimentation. "C'est une reconnaissance pour le CSCEE", a admis le président de la FFB Jacques Chanut, membre du bureau du Conseil. "Tous ses membres adhèrent à la démarche." Mais, prévient-il, "elle ne sera une réussite que si les coûts et les techniques sont maîtrisés, et que l'expérimentation s'accompagne d'une montée en compétence des professionnels."

Maîtriser les techniques et les coûts

Pour les coûts ce n'est pas encore tout à fait ça, nous y reviendrons. Mais pour les techniques et l'implication de la filière, les choses paraissent bien engagées. "Cette expérimentation est positive parce qu'elle ne crée pas de rupture technologique qui aurait mis nos entreprises dans la difficulté", a ainsi expliqué Laurent Grall l'ancien président d’EGF.BTP (entreprises générales du BTP). Qui reconnaît que les entreprises générales ont tout intérêt à se lancer dans la démarche : "nous sommes les mieux placés pour assurer la maîtrise globale du cycle de vie du bâtiment". EGF.BTP a d'ailleurs signé une convention d'engagement par laquelle elle s’engage à "mobiliser ses adhérents" pour l'expérimentation, "à partager leur expertise et leur expérience" et à "contribuer au rayonnement de cette innovation française à l’international".

Le président de l'USH, Jean-Louis Dumont signe avec Emmanuelle Cosse et la Caisse des dépôts, une convention d'accompagnement financier de 20 millions d'euros
Le président de l'USH, Jean-Louis Dumont signe avec Emmanuelle Cosse et la Caisse des dépôts, une convention d'accompagnement financier de 20 millions d'euros

Des techniques d'ores et déjà maîtrisées qui ont donc permis à 7 opérations de se voir décerner officiellement le label E+C- (voir Focus). Ces opérations représentent un formidable produit d'appel pour les promoteurs et les bailleurs sociaux. "Le mouvement HLM a décidé de relever le défi E+C-", a ainsi témoigné le président de l'Union sociale pour l'habitat, Jean-Louis Dumont, venu signer avec l'Etat et la Caisse des dépôts une convention d’accompagnement financier de 20 millions d’euros. Ce soutien financier permettra de construire près de 6 000 logements sociaux répondant aux ambitions du référentiel E+C-. Et le président de l'USH de rappeler au passage : "Si on veut un logement de qualité à un prix abordable et durable, il faut que la capacité d'investissement soit préservée."

D'autant que si les techniques sont maîtrisées, les coûts eux ne le sont pas encore tout à fait. La plupart des promoteurs venus recevoir leur label ont ainsi témoigné d'un surcoût pouvant aller de 10 à 27 %.

7 premiers labels E+C-

Maison témoin de la Noue à La Roche sur Yon (85) - Niveaux Energie 3 Carbone 1

Système constructif en parpaings, chauffage par ventilation double flux et installation de panneaux photovoltaïques.

Maîtrise d’ouvrage : Groupe Privat

Mikit art & tradition - 4 maisons individuelles à Neuville-Saint-Waast (62) - Niveaux Energie 2 Carbone 1 et Energie 3 Carbone 1

Système constructif en briques isolantes. Pour le chauffage : 1 maison en effet joule direct, 2 maisons avec PAC double service, 1 maison avec insert à pellets et complément effet joule. Installation de panneaux photovoltaïque pour 2 des 4 maisons.
Maîtrise d’ouvrage : Fédération Française des Constructeurs de Maisons Individuelles
Maîtrise d’œuvre : Mikit

Ecolocost, Maison individuelle à Ermont (95) - Niveaux Energie 3 Carbone 1

Système constructif en ossature bois, chauffage par pompe à chaleur air / air et installation de panneaux photovoltaïques.
Maîtrise d’ouvrage
 : Ecolocost

Projet Hélios à Angers (49) : 36 logements collectifs répartis sur 3 bâtiments - Niveaux Energie 3 Carbone 1

Système constructif en ossature bois, chaufferie gaz et installation de panneaux photovoltaiques.
Maîtrise d’ouvrage 
: Angers Loire Habitat
Maîtrise d’œuvre
 : GOA

Résidence Alizari à Malaunay (76) : 32 logements collectifs  - Niveaux Energie 3 Carbone 2

Système constructif en béton, chaufferie bois et installation de panneaux photovoltaiques
Maîtrise d’ouvrage : Habitat 76
Maîtrise d’œuvre : Bouygues Bâtiment

Bureaux le Thémis à Paris 17ème : Immeuble de bureaux de 17528516 655 m² - Niveaux Energie 2 Carbone 2

Système constructif mixte en bois béton, raccordement au chauffage urbain alimenté par de la géothermie

Maîtrise d’ouvrage : Icade
Maîtrise d’œuvre 
: Corinne Vezzoni & Associés

Logements collectifs dans la ZAC Centre Ville à Grigny (91) : 93 logements sur 4 bâtiments -Niveaux Energie 3 Carbone 1

Système constructif en béton, raccordement au chauffage urbain alimenté par de la géothermie et installation de panneaux photovoltaïques.
Maîtrise d’ouvrage : Immobilière 3 F
Architectes et BET : Odile Seyler et Jacques Lucan

Découvrez ces réalisations en images sur le site des Cahiers techniques du bâtiment.

Commentaires

Toujours plus d'E+C-

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX