Aménagement

Toujours moins de voitures à Paris : les nouveaux projets d’Anne Hidalgo

Mots clés : Etat et collectivités locales - Vélo

Dans le Journal du Dimanche du 8 janvier, la maire de Paris, Anne Hidalgo et son adjoint chargé des transports, Christophe Najdovski ont présenté les futurs aménagements des quais hauts rive droite et de la rue de Rivoli, destinés à renforcer la place des vélos et des transports en communs dans le centre de la capitale.

La piétonnisation des voies sur berges n’était qu’un début. La maire de Paris, Anne Hidalgo a confirmé que 2017 serait une nouvelle année de réaménagements destinés à réduire encore plus la place de l’automobile dans la capitale. Parmi les projets marquants envisagés par Anne Hidalgo : un tram-bus à haut niveau de service sur les quais hauts rive droite de la Seine et la mise à double sens, avec ajout d’une piste cyclable, de la rue de Rivoli. Mécaniquement, la place de la voiture serait alors divisée par deux sur ces deux axes.

 

Un tram-bus électrique

 

Pour faciliter la circulation est-ouest en bord de Seine, Anne Hidalgo et son adjoint chargé des transports Christophe Najdovski proposent sur les quais hauts rive droite, entre le Pont de Saint-Cloud et la Gare de Lyon dans un premier temps puis jusqu’à Bercy par la suite, et à terme, le Val-de-Marne et les futures gares du Grand Paris Express, une ligne une ligne de transport en commun à haut niveau de service (LHNS). Sur cette ligne circulera à double sens et sur des voies réservées, un tram-bus électrique, sans rail ni caténaire (qui figure dans le projet olympique de Paris 2024) qui pourra transporter plusieurs milliers de personnes par jour grâce à des véhicules de grand gabarit (de 18 à 24m de long).

« La concertation et les études de préfiguration se tiendront en 2017, pour une mise en œuvre progressive à partir de 2018. Nous sommes en mesure d’aller vite, car il s’agit d’aménagements légers. Ils sont aussi peu coûteux pour le contribuable : nous avons budgété 35M€ de travaux sur cette mandature », a expliqué Christophe Najdovski dans un communiqué.

 

La rue de Rivoli à double sens

 

Autre grande artère de la capitale qui va subir un relooking extrême : la rue de Rivoli. Anne Hidalgo la juge « bruyante, polluée, avec une traversée piétonne souvent compliquée voire dangereuse ». « Nous voulons lui redonner toute son attractivité, en faire un axe sur lequel on a plaisir à se promener, à flâner, à faire du shopping », ambitionne donc la maire de Paris. Pour cela, la Ville va créer en 2017 une piste cyclable protégée à double sens, de la place de la Concorde à la place de la Bastille. En bonus, la place du Carrousel du Louvre serait rendue aux seuls piétons, vélos, transports en commun et taxis.

Au-delà de ces mesures sur les quais hauts, sur la rue de Rivoli et la place du Carrousel du Louvre, Anne Hidalgo a d’ailleurs décidé d’avancer en 2017 sur la piétonnisation des cœurs de vie des 3e et 4e arrondissements. « A l’image de la vaste zone piétonne Montorgueil-Saint-Denis, je pense que nous sommes en mesure de rendre, à très court terme, l’essentiel du Marais aux piétons, en limitant le trafic automobile aux seuls riverains, transports en commun et commerçants », ajoute la Maire de Paris

 

Focus

Les entreprises du bâtiment s'estiment "encore oubliées"

La Fédération Française du Bâtiment Grand Paris a déploré dans un communiqué que les véhicules professionnels ne fassent pas l’objet de dispositions spécifiques. « Ces nouvelles mesures ne répondent pas aux besoins des professionnels du Bâtiment exposés à des contraintes spécifiques de transport de matériel et de matériaux », explique la FFB Grand Paris dans un communiqué. Son président, Patrick Aimon craint que les mesures annoncées « engendrent des problèmes de logistique pour les chantiers et d’intervention chez les parisiens » et fait une demande à la Ville : « étudions ensemble des solutions conciliant respect de l’environnement et maintien de l’activité économique ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Réduction des prélèvements

    On peut aller bien plus loin dans la réflexion, calcul très rapide du coût des externalités dus à la voiture à pétrole : – pollution 48 000 morts/an soit 101,3 milliards €/an – bruit : 20,6 milliards d’euros par an, en ne prenant en compte que l’exposition des personnes à leur domicile, – encombrements : 17 milliards d’euros / an, – sédentarité : 10,5 milliards €/an circule si 5 % des 37 millions de sédentaires changeaient leur mode de vie. On est déjà à 170 milliards/an soit 2 552 €/an.habitant. Qui paye ces gaspillages, essentiellement la sécurité sociale donc les cotisants. L’exemple Danois montre bien qu’en réduisant la place de la voiture, on agit directement sur tous les postes. A mon niveau, je ne serai pas mécontent de voir baisser : – les nuisances liées à la voiture, – mes prélèvements sociaux.
    Signaler un abus
  • - Le

    Pollution

    Il convient de rappeler quelques chiffres. L’Agence Européenne de l’Environnement a attribué le nombre de morts prématurés suivants aux polluants suivants : – particules 43400, – Ozone 1500, – NO2 7700. J’ai du mal à croire que ces décès prématurés sont sans coût pour la société. N’est-ce pas justement l' »économie » qui se détruit elle-même ? http://www.eea.europa.eu/fr/pressroom/newsreleases/de-nombreux-europeens-restent-exposes/mortalite-prematuree-imputable-a-la
    Signaler un abus
  • - Le
    Que dire de ce projet qui est dans la continuité des extrémistes qui gouvernent notre pays Tout doit aller très vite au détriment de l’activité et des moyens. Les moyens ils se les procurent à grand renfort de taxes et de charges, les moyens de la société, c’est n’est pas le problème de tous ces extrémistes, la destruction de pans entiers de l’économie actuelle ce n’est pas leur problème ! Malheureusement, ce n’est pas seulement le problème des Parisiens il faudra bien trouver les moyens via l’Etat et l’Etat c’est tout le monde, ensuite il y aura bien quelques imbéciles d’Elus qui se sentirons obligés d’imiter la crétinerie Parisienne au détriment de la population locale.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X