Le moniteur
Touchés mais pas coulés
Barbara Kiraly, rédactrice en chef adjointe - © Bruno Levy / Le Moniteur
Edito

Touchés mais pas coulés

Par Barbara Kiraly, rédactrice en chef adjointe |  le 12/10/2018  |  Logement socialBailleurs sociauxAPLHLMLoi Elan

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement social
Immobilier
Bailleurs sociaux
APL
HLM
Loi Elan
Valider

La misère est moins pénible au soleil, paraît-il. Mais, même à Marseille, c'est déjà l'automne. Réunis dans la cité phocéenne pour leur congrès annuel, les bailleurs sociaux évoluent toujours en pleine tempête. Les origines de la dépression sont connues : baisse des APL (et des loyers en parallèle), augmentation de la cotisation à la caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS), hausse de la TVA dans le neuf…

« Mes capacités d'autofinancement sont réduites à peau de chagrin », lance un directeur général. « J'ai décalé ma production pour boucler mon budget », abonde celui-là. Déjà, les effets des arbitrages financiers se font sentir sur toute la chaîne de production. Les ventes en bloc des promoteurs immobiliers, largement destinées aux bailleurs sociaux, ont plongé de 14 %.

Mais après les réactions à chaud, vient le temps de la réflexion à tête reposée. Les HLM sont touchés, mais pas coulés. Beaucoup affinent leur stratégie de développement. Ces trois jours étaient d'ailleurs placés sous le thème « Demain, les HLM ». Tout un programme.

Les HLM doivent se réinventer pour dégager de nouvelles ressources.

Pour survivre, ceux-ci doivent se réinventer. Redéfinir leur rôle dans la ville. Apporter des services innovants. L'enjeu étant de dégager de nouvelles ressources pour réduire leur dépendance aux aides publiques, dont l'avenir semble toujours plus incertain.

Car un autre nuage assombrit le ciel : la création du revenu universel d'activité (RUE), voulu par Emmanuel Macron, qui fusionnerait plusieurs aides sociales. L'APL pourrait en faire partie. Si tel était le cas, cette allocation se-rait directement attribuée au ménage bénéficiaire, et ne transiterait pas par les bailleurs sociaux. Ajoutons à cela la crainte que le chiffre global des prestations baisse, et l'on risque de voir alors monter en flèche le nombre de loyers impayés.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur