En direct

TNS BTP fait de la GPEC un outil de cohésion interne

Caroline Gitton |  le 28/12/2012  |  Politique socialeManagementEntreprises

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Politique sociale
Management
Entreprises
Valider
Ressources humaines -

Si TNS BTP, entreprise de 43 salariés spécialisée dans le sciage de béton et la démolition, a initié une démarche de gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC), ce n’est pas par contrainte réglementaire. La GPEC ne constitue en effet un thème de négociation obligatoire que pour les entreprises de 300 salariés et plus. « Nous avons commencé à travailler en 2010 sur les métiers du sciage, puis cette année sur ceux de la démolition », rapporte Bertrand Fortineau, président de TNS BTP. Avec plusieurs enjeux. « Le sciage est encore un métier en construction : il n’existait pas de statistiques ni de formations particulières en la matière - le Syndicat national des entreprises de démolition (Sned) en a mis en place depuis. Il s’agissait ainsi de construire un référentiel métier. Une base de départ permettant, ensuite, de décliner des outils comme la grille de l’entretien annuel d’évaluation. » Des groupes d’échanges ont ainsi été constitués avec les scieurs-démolisseurs, invités à décrire leur métier : activités types, description de toutes les étapes du travail et savoir-faire à solliciter, afin de cerner les compétences nécessaires. « Parler de leur métier alors qu’ils n’en ont jamais l’occasion s’est révélé valorisant pour les opérateurs. Ce sont eux qui connaissent le mieux leur métier. »

Favoriser les mobilités internes

« La mise au point des référentiels nous permet aussi aujourd’hui d’être plus précis dans le cadre des entretiens d’évaluation : les salariés s’y retrouvent mieux. » Autre enjeu de la GPEC : construire un parcours professionnel donnant de la visibilité aux nouveaux salariés et offrir des possibilités de mobilités internes. « Il s’agit d’identifier les compétences nécessaires et les éventuels besoins en formation pour un changement de poste, par exemple en cas de reclassement en interne pour raisons de santé. » Des groupes métiers ont en outre été constitués, dans une optique de transmission des savoirs et de partage des bonnes pratiques. « Ce travail sur la GPEC a permis à chacun de prendre part à la vie de l’entreprise : cela a remobilisé tout le monde », se réjouit Bertrand Fortineau.

PHOTO - 690849.BR.jpg
PHOTO - 690849.BR.jpg - © David ADEMAS/Le MONITEUR

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur