En direct

"Tirer profit de ce qu'il y a de meilleur dans chaque pays du Rhin supérieur"

DIDIER ROZENGART |  le 19/01/2001  |  SantéCollectivités localesRéglementationTechniqueEnvironnement

Georg Endress, président du conseil d'administration du groupe Endress + Hauser, de la Regio-Gesellschaft (région trinationale du Rhin supérieur) et du comité de développement de Bio-Valley, participera, le 26 janvier, à Bâle, à la première d'une série de conférences sur l'aménagement durable du Rhin supérieur (voir agenda).

Quels sont les avantages et les inconvénients d'une région trinationale ?

GEORG ENDRESS. L'avantage évident est que l'on peut tirer profit de ce qu'il y a de meilleur dans chaque pays. L'inconvénient majeur est que l'on se heurte sans cesse aux égoïsmes nationaux. En France, tout comme en Suisse ou en Allemagne, à des niveaux différents, la centralisation est terrible. Paris est un peu plus loin de la Regio que Bâle ou Stuttgart... Mais le résultat est le même. Chacun veut tirer la couverture à soi.

Selon une étude sur l'économie du Rhin supérieur récemment publiée au Bade-Wurtemberg, la France fournirait la main-d'oeuvre et les terrains, tandis que les gisements de matière grise se concentreraient en Allemagne et en Suisse. Qu'en pensez-vous ?

C'est vrai qu'en France, la main-d'oeuvre est un peu moins chère, et que les charges sont beaucoup plus lourdes en Allemagne. Pour les terrains, la différence est énorme : 1 200 francs suisses le mètre carré en Suisse contre 200 marks en Allemagne et 100 à 120 francs français en Alsace. De là à dire que les cerveaux sont suisses ou allemands, il y a un pas. La France a l'avantage de recueillir en plus les unités de fabrication, c'est tout. Et puis, l'avantage, c'est qu'en France, on peut toujours trouver le moyen de s'entendre...

Vous êtes également président du comité de développement de Bio-Valley. Quel est l'avenir de ce pôle d'attraction trinational des biotechnologies ?

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 451 entreprises et établissements ou départements de recherche se sont installés à Bio-Valley depuis sa création. Avec, parmi eux de grands noms comme Biotech, Aventis, Dupont ou Monsanto. Nous avons, à nos côtés, les universités de Strasbourg (Louis-Pasteur), Fribourg et Bâle, et, chaque mois, notre site Internet reçoit entre 30 000 et 40 000 consultations du monde entier... La preuve est faite.

Commentaires

"Tirer profit de ce qu'il y a de meilleur dans chaque pays du Rhin supérieur"

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur