En direct

THIAIS Lutte contre la légionelle

le 23/11/2001  |  Val-de-MarneFrance Collectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Val-de-Marne
France
Collectivités locales
Valider

Du peroxyde d'hydrogène pour décontaminer l'ensemble immobilier du Pavé-Grignon

Un article paru dans « Le Moniteur » (28 septembre 2001, p. 39) évoquait la lutte contre la légionelle au Pavé-Grignon (ensemble immobilier de 950 logements), où des analyses avaient révélé une infection.

Les 14 bâtiments concernés disposent de 5 réseaux distincts de production et de distribution d'eau chaude sanitaire. Suivant les préconisations de Jean-Marie Giffard, ingénieur, maître d'oeuvre des travaux, il est procédé, suivant l'état de chacune des installations, à des travaux de plomberie pour supprimer les parties d'installation dites à risques. Il s'agit notamment d'enlever les bras morts, de remplacer les vannes de réseaux défectueuses, d'harmoniser l'ensemble avec le DTU plomberie sanitaire (tubes témoins, dégazage, chasse...), de poser des disconnecteurs à zone de pression réduite contrôlable pour empêcher tout risque de pollution du réseau d'eau froide.

Travaux de désinfection

Les réservoirs de stockage anciens sont remplacés et l'ensemble des productions sera composé d'échangeurs à plaques et de réservoirs tampons avec trappe de visite pour faciliter le nettoyage annuel obligatoire.

Des travaux de désinfection sont mis en oeuvre. Le procédé retenu est celui de l'entreprise Guldagil, dit « Biogul ». Il s'agit d'une solution liquide stabilisée de peroxyde d'hydrogène et de sels d'argent. Le traitement se fait en une seule fois sur la totalité du réseau pour éviter une recontamination. On introduit de la solution désinfectante dans le réseau qui est soutirée à chacun des points de puisage pour traiter l'intégralité de l'installation. Les extrémités (mousseurs de robinets et douchettes) sont détartrées préalablement puis désinfectées.

Veille sanitaire

Des travaux de prévention portant sur la destruction du bio-film (détartrage-désoxydation) seront présentés aux assemblées générales de copropriété. Ils sont fortement conseillés car de nature à limiter les risques d'une contamination nouvelle à courte ou moyenne durée.

L'exploitant, Elyo, gérera et surveillera les températures compatibles avec le règlement sanitaire (température limite 60°) en maintenant au moins 50° dans la boucle. Les opérations de maintenance porteront sur le bon fonctionnement du traitement filmogène par solution liquide de silico-phosphates protégeant l'installation contre la corrosion, les chasses fréquentes des réservoirs et leur nettoyage et inspection annuels.

Une veille sanitaire avec analyses semestrielles permettra de prévenir toute contamination nouvelle. Dans ce dernier cas, et notamment sur les réseaux désoxydés et détartrés, une injection de désinfectant, sur une courte période sans interruption du service mais avec mise à l'arrêt du traitement filmogène, devrait être de nature à enrayer une contamination naissante.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil