En direct

Thermique : la montée en puissance des dalles actives
Le futur centre de R&D d’EDF à Saclay - © © DR

Thermique : la montée en puissance des dalles actives

Jean-Charles Guézel |  le 03/03/2014  |  dalleactiveBétonEquipementMatériel de chantierPlancher

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Innovation
dalleactive
Béton
Equipement
Matériel de chantier
Plancher
Sécurité et protection de la santé
Essonne
France entière
Technique
Gros œuvre
Produits et matériels
Valider

A l’instar des planchers chauffants, mais à plus grande échelle, la dalle active repose sur une circulation d’eau froide ou chaude au milieu des dalles de béton. Après avoir conquis le Nord de l’Europe, ce procédé de chauffage/refroidissement part à l'assaut de la France.

« 250 000 euros en 2012, 500 000 euros en 2013, sans doute un million en 2014 : si elle ne représente actuellement que 2 ou 3 % du chiffre d’affaires d’Uponor France, la dalle active est l’activité qui progresse le plus vite », confie Sébastien Ultaro, directeur général de l’entreprise. Un succès qui tient à la nouveauté de ce procédé de chauffage-rafraîchissement, du moins en France, mais aussi à ses indéniables qualités techniques.

Proche du plancher chauffant mais utilisée sur de plus grandes surfaces, la dalle active repose sur une circulation d’eau froide (16 à 23 °C) ou chaude (25 à 40 °C) au milieu des dalles et/ou des murs de béton. Ces derniers emmagasinent ainsi une grande quantité de froid ou de chaleur, selon la période de l’année, puis la restituent avec un décalage dans le temps du fait de l’inertie du matériau.

Economies d’énergie

 « Pour le rafraîchissement, il s’agit d’un bon compromis entre la climatisation, parfois bruyante et consommatrice de hauteur sous plafond, et les solutions purement passives, pas toujours efficaces », juge Bjarne Olesen, professeur à la Technical University du Danemark et directeur de l’International Centre for Indoor Environment and Energy de Lyngby.

Selon lui, en chauffage comme en refroidissement, ce procédé particulièrement bien adapté à la valorisation de la géothermie permettrait par ailleurs des économies d’énergie de 8 % rien que grâce à sa régulation spécifique de type DEM (gestion dynamique de l’énergie) et aux faibles écarts (4 °C environ) entre la température de l’eau à l’entrée et à la sortie des dalles. En moyenne, la puissance développée sera comprise entre 40 et 60 W/m² pour le chauffage mais ne dépassera pas 30 W/m² en rafraîchissement.

Possibilité de préfabrication

Fourni sous le nom de Contec (avis technique 14/12-1761), le dispositif Uponor est constitué d’un réseau de tubes en polyéthylène haute densité (16 mm de diamètre intérieur, 20 mm de diamètre extérieur), dotés de bagues de raccordement, puis fixés à des treillis métalliques (avis technique 14/09-1453 pour les tubes et les raccords). Concrètement, l’installateur a deux possibilités : soit il pose directement les tubes sur le treillis, soit il met en œuvre des modules préfabriqués en usine. Le chantier démarre en phase de gros œuvre, c’est-à-dire plus tôt que pour un plancher chauffant traditionnel. Le plus grand chantier français de dalle active (25 000  m²) en cours est celui du futur centre de R&D d’EDF à Saclay (Essonne), dont la première a été posée en octobre dernier.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur