En direct

Théâtre de la Ville à Saint-Nazaire
Cliquez sur l'image... - ©

Théâtre de la Ville à Saint-Nazaire

DEGIOANNI Jacques-Franck |  le 21/07/2008  |  ArchitectureFrance entière

Remporté par l'agence K-Architectures (Karine Herman et Jérôme Sigwalt), ce concours européen de maîtrise d'œuvre sur esquisse, lancé au printemps 2007, avait permis de retenir après examen de près de 90 dossiers de candidature, cinq équipes pluridisciplinaires réunies autour des architectes suivants : Archidev, Architecture Studio, K-architectures, Nicolas Michelin et Rudy Ricciotti.

Extraits du dossier de présentation :

"Une attention particulière était demandée et attendue pour l'insertion urbaine et architecturale du projet, implanté dans l'écrin historique de l'ancienne gare des transatlantiques, et notamment :
- l'intégration et la rénovation des 2 pavillons et des arcades restantes de l'ancienne gare,
- la création d'un événement architectural "emblématique" à l'articulation du Centre République (le Paquebot de Claude Vasconi) et la destination portuaire (la base sous-marine réhabilitée).

Deux pavillons de pierre murés et voilés, fantômes de l’époque faste des navires transatlantiques, cadre l’entrée du site. Deux sentinelles immuables liées d’une arcade ouvrant sur une absence béante. Cette absence est le vestige par le vide de l’ancienne halle de verre de la gare de Saint-Nazaire. L’émotion qui s’en dégage est palpable et ces vestiges constituent l’amorce du théâtre.
Le duo de pavillons liés d’arcades forme un archétype de style classique dont l’axe de symétrie central se prolongeait avec rigueur pour structurer la halle disparue. Le vide demeurera le vecteur principal de l’histoire du lieu. Certes, les vestiges marqueront le frontispice de ce nouveau lieu de culture, mais ils conserveront leur indépendance et leur intégrité.
C’est dans une histoire plus récente et dans un périmètre plus vaste que le théâtre puise sa matière et son langage. Le Théâtre s’inspire des masses minérales monolithiques, mais sa forme épannelée prend forme sous l’influence des architectures industrielles voisines.
Le béton est élevé ici au rang de matériaux ultime et souverain. Son aspect passera du lisse au ciselé. Il s’engravera ou s’imprimera de temps à autre d’une signalétique ton sur ton. Enfin, une matrice au relief baroque le marquera çà et là d’une empreinte raffinée qui le liera au classicisme de la gare et des théâtres romantiques.
Le Théâtre de la Ville se veut emprunt de l’esprit des docks et en révéler ses qualités enfouies. Il se découpe en formes pures et simples qui sont l’exacte retranscription de ses différentes fonctions. Cette logique donne spontanément à l’édifice la morphologie industrielle qui constitue le lien manifeste avec son contexte.

La salle, la scène et sa cage sont les fonctions principales et les plus volumineuses du bâtiment. Ce sont elles qui imposent sans aucune forme de dissimulation ce monolithe monumental.
Le pôle de création et les bureaux du Fanal viennent rompre la logique minérale et s’habillent d’une peau plus légère. Les volumes se lisent comme un entreposage de palettes de bois qui est citation quasiment textuelle des objets industriels entreposés sur les flancs des bâtiments voisins. Cet appareillage n’en reste pas moins sophistiqué et protège subtilement les coulisses et les espaces de montage de la vue et des assauts du soleil.
L’entrée:
Le hall, lui, est conçu comme une entité neutre, tissant un lien fluide entre intérieur et extérieur. Il se glisse discrètement dans une écriture minimale entre le théâtre et le frontispice de la gare qui abrite une partie des espaces d’accueil. Sa toiture terrasse, accessible aux heures d’ouverture, s’étend en passerelle vers le deuxième pavillon pour une complicité future. Elle surplombe la Place des Frères Péreire et peut être le support de dispositifs scénographiques extérieurs. À l’approche de la salle, le hall prend le statut de foyer et se développe de manière monumentale sur toute la hauteur de l’édifice. Des escaliers protocolaires s’y élèvent dans un élan Piranésien et annoncent l’échelle de la grande salle qu’ils desservent.

La salle est façonnée par son rapport frontal. L’ambiance se veut d’une complicité fragile entre l’expression globale brute de l’édifice comme des cages de scènes et l’univers feutré de velours rouge des salles classiques. La salle de création est sobre et minérale, comme creusée dans le roc d’une carrière. Seul le parterre de fauteuils généreux au textile épais se déroule jusqu’à la scène et réchauffe la matière sèche. Ce rapport est volontairement contrasté pour susciter un rapport quasi-dramaturgique entre la salle et les spectateurs pendant les minutes qui précèdent le spectacle.

La salle accueille 900 places. Le parterre, d'un seul tenant, offre une capacité d'environ 550 places confortables, dont 110 places en gradin de fosse rétractable, permettant l'installation d'une fosse d'orchestre. Un balcon enveloppant la salle de part et d'autre offre une capacité complémentaire de 350 places assises.
La disposition positionne ainsi le spectateur au cœur de la salle. L’expérience montre que dans cette configuration, le spectateur a davantage le sentiment d’être au cœur du spectacle, et le plaisir est plus grand."

Fiche technique
Maîtrise d'Ouvrage: Ville de Saint-Nazaire
Maîtrise d’ouvrage déléguée: Sonadev
Maîtrise d'œuvre : K-architectures (Karine Herman et Jérôme Sigwalt) architectes mandataires. Alexandre Plantady, Luna Beranzoli, Nicolas Amar, Emilie Bourdier, architectes assistants chefs de projet. Changement à Vue, scénographe. Alto Ingénierie, BET fluides. Khephren Ingénierie, BET structures. Bougon, économiste. Altia, acousticien.

PRO-Développement, programmiste.
Chabert, scénographe AMO.
Agence de Développement Durable de la Région Nazairienne, projet urbain.
Coût prévisionnel des travaux (valeur 2008) : 13 M€ TTC.
Livraison : automne 2011

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur