En direct

Test grandeur nature pour des menuiseries pariétodynamiques
Assurer la qualité de l’air intérieur en réduisant les déperditions thermiques, c‘est ce qu’autorisent les menuiseries pariétodynamiques actuellement testées par le groupe Ridoret sur son site industriel et dans une future résidence pour seniors - © © Stéphane Miget

Test grandeur nature pour des menuiseries pariétodynamiques

Stéphane Miget |  le 01/04/2014  |  LogementTechniqueBâtimentCharenteEphad

Présentées comme une alternative à la ventilation double flux, les menuiseries pariétodynamiques assurent le réchauffement de l’air avant sa pénétration dans le logement. En Charente, quelques appartements d’une résidence pour seniors ont été équipés pour en tester l’efficacité en site occupé.

Construite sur le site de l’ancienne vinaigrerie de la Tremblade (17), cette résidence pour personnes âgées, en cours d’évaluation Habitat et environnement BBC Effinergie, répondra aux critères actuels de confort – résidence service senior – et d’économie d’énergie (RT2012). Un bâtiment que l’on pourrait qualifier de classique sur le plan technique, si ce n’était l’expérimentation de fenêtres dites pariétodynamiques dans quelques-uns des 119 appartements que comptera la résidence. Une expérimentation menée par le groupe rochelais de menuiseries Ridoret, avec l’accord du maître d’ouvrage Aegide et en lien avec le Laboratoire des sciences de l’ingénieur pour l’environnement (Lasie) de l’université de la Rochelle. Comme l’explique Jean-Baptiste Ridoret, directeur général délégué du groupe, le projet a pour ambition de concurrencer la VMC double flux sur son propre terrain avec un procédé beaucoup plus simple à mettre en œuvre et quasiment sans entretien.

Coût adapté au marché

Le principe de ces menuiseries n’est pas nouveau. Les fenêtres pariétodynamiques ont été inventées dans les années 1980 par le thermicien Jacques Paziaud. Entre 1980 et 1990, de nombreux logements en ont été équipés avec de bons résultats d’un point de vue économie d’énergie. Des études réalisées par l’Ademe ont mis en évidence une réduction des consommations d’énergie de l’ordre de 25%. L'objectif est en général d'obtenir un gain thermique de 60 % par rapport à une même installation sans fenêtre dynamique. « Mais, détaille Jean-Baptiste Ridoret, la technique du survitrage n’étant pas à la hauteur et le coût de l’énergie étant encore abordable entre 1990 et 2000, le déploiement à grande échelle n’a jamais eu lieu ». C’est ce que vise aujourd’hui l’industriel avec sa fenêtre appelée « fenêtre EnR » : « Notre objectif est de proposer des menuiseries innovantes qui favorisent les économies d’énergie et la qualité de l’air à l’échelle industrielle. Des produits qui se mettent en œuvre, comme une fenêtre standard avec un coût adapté au marché. Aujourd’hui, le surcoût par rapport à une menuiserie standard est de 60 €/m2 de vitrage ; à terme nous visons 50 € ».

Récupération et réchauffage

Proposés avec des profilés PVC ou mixte bois aluminium pour le haut de gamme, leur particularité réside dans la présence d’un flux d’air qui circule entre trois vitrages formant le vitrage isolant. L’air extérieur pénètre dans la fenêtre par une grille d’aération fixée sur sa paroi externe, dans le haut de la menuiserie, et circule entre le second et troisième vitrage. Il est acheminé dans le local par l'intermédiaire d'une bouche d'entrée d'air autoréglable, située en partie haute de la menuiserie. Et l’industriel de préciser : « Le réchauffement de l’air est la résultante de deux phénomènes : récupération d’énergie sur la déperdition de la fenêtre, d’où amélioration de la performance thermique de la menuiserie ; réchauffage de l’air par effet de serre entre les vitrages grâce au soleil, d’où amélioration de l’apport solaire dans le bâtiment ».


Ainsi la menuiserie permet, comme celles équipées d’une grille d’aération, d’apporter de l’air neuf dans le logement. Mais ici, l’air est réchauffé avant d’y pénétrer, d’où la référence à la ventilation double flux mais sans réseau de gaines et sans entretien. Cela étant, le procédé est indissociable d’une VMC simple flux ou d’une ventilation naturelle assistée.

Gains importants

Avec le chantier de la Tremblade, l’objectif est d’expérimenter le process en réel et en site occupé. D’ores et déjà, les résultats en laboratoire sont encourageants : « Nous testons avec le laboratoire de l’université les menuiseries sur notre site industriel et constatons que les gains sont très importants sur la température de l’air entrant quelle que soit l’orientation de la fenêtre. De nuit ou sans soleil, il est de 8°C et par temps ensoleillé, de plus de 20°C. »


En fonction des résultats de l’expérimentation in situ, le maître d’ouvrage ira plus loin : « Pourquoi ne pas l’étendre à l’ensemble de nos résidences ; cela se fera peut-être en fonction des résultats. Mais le fait d’éviter le double flux et la maintenance qui va avec et de ne pas avoir de sensation de courant d’air froid par la fenêtre constituent des atouts importants pour nous. Trop souvent, les entrées d’air sont obstruées, provoquant des désordres, conclut Gilles Chaffiot, responsable technique programme chez Aegide.

Bilan des premières expérimentations

Comparaison pour une même fenêtre bois deux vantaux de performance classique sur le marché (Uf = 1,3 W/(m2.k).

Fenêtre double vitrage avec Ug = 1,1 W/(m2.K)

Fenêtre triple vitrage avec Ug = 0,6 W/(m2.K)

Fenêtre pariétodynamique

Uw en W/(m2.K)

1,4

1,0

0,4 *

Fenêtre double vitrage avec sg= 0,62

Fenêtre pariétodynamique

SW en W/(m2.K)

0,39

0,5*

* Chiffre équivalent calculé à partir des mesures réalisées par le Lasie dans le cadre du programme de recherche pour un débit de 15 m3/h par vantail. Source menuiseries Ridoret

Fiche technique

Résidences services sénior « Les perles de nacres » la Tremblade (17)

Maître d’ouvrage : Aegide (75)

Architecte : Philippe Tardits architecte (37)

Entreprises : Roche France en fourniture et pose via la société Ridoret Menuiserie.

Commentaires

Test grandeur nature pour des menuiseries pariétodynamiques

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur