En direct

TERRITOIRE-DE-BELFORT L'aéroparc de Fontaine vise la norme ISO 14001

CHRISTIANE PERRUCHOT |  le 19/01/2001  |  SantéImmobilierTransportsCollectivités localesUrbanisme

Trois équipes pour transformer l'ancienne base aérienne de l'Otan

Le syndicat intercommunal d'aménagement et de gestion de l'aéroparc de Fontaine a confié à trois équipes, après appel à candidatures, une étude de définition préalable à la création d'une zone d'aménagement concerté (ZAC) à vocation industrielle, sur l'ancienne base de l'Otan (270 ha), près de Belfort. Chaque équipe, composée d'un urbaniste et d'un paysagiste, a donné un rôle différent à l'ancienne piste d'aviation longue de 2,7 km. L'équipe DEGW (Paris), associée à Arthur Andersen et à l'agence François Brun (Sceaux), a choisi de transformer la piste en espace vert. Les Ateliers Lion (Paris), associés à l'Atelier J.-P. Clarac (Valbonne), utilisent cette piste comme desserte. Mongiello et Plisson (Colmar) et l'Atelier du paysage alsacien (Illzach) y aménageraient une coulée verte. « Nous ne retiendrons pas forcément une seule proposition. Il est possible que nous demandions à l'équipe lauréate de mixer plusieurs solutions », souligne Françoise Bouvier, présidente du syndicat intercommunal. Le jury arrêtera le principe d'aménagement au printemps.

L'intégration paysagère du site est la principale contrainte du cahier des charges, car le maître d'ouvrage vise la norme environnementale 14001. « Nous cherchons à donner à ce parc industriel des atouts complémentaires, comme une zone de loisirs ou une organisation spécifique du traitement des déchets », souligne Christian Proust, président du conseil général.

Une étude des ressources en eau

Une étude du rejet des effluents et des ressources en eau a été confiée en décembre au cabinet Est Infra Ingénierie (Nancy). En attendant, la commune de Fontaine procède pour 3 millions de francs (460 000 euros) à l'extension de sa station d'épuration à 1 500 équivalent-habitant, capacité suffisante pour 3 000 emplois.

Le conseil général en a confié l'aménagement à sa société d'économie mixte, la Sodeb. Cette dernière a déjà réalisé 100 millions de francs (15,24 millions d'euros) de travaux de voirie et de réseaux. Les 30 ha aménagés accueilleront, dans le courant de cette année, les trois premières implantations : Plastic Omnium, Atlantic et Géodis. L'aéroparc de Belfort-Fontaine figure parmi les zones d'activités prioritaires dans le contrat de Plan Etat-région 2000-2006.

«Il est possible que nous demandions à l'équipe lauréate de mixer plusieurs solutions» - Françoise Bouvier, présidente du syndicat intercommunal

Commentaires

TERRITOIRE-DE-BELFORT L'aéroparc de Fontaine vise la norme ISO 14001

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur