En direct

Terra Botanica. Un voyage initiatique au pays des plantes

E.B. |  le 01/05/2008  |  SantéArchitectureAménagementRéglementationTechnique

Vitrine pour la filière et l’identité végétales de l’Anjou, ses savoir-faire et son histoire, le concept du parc, s’inscrit dans une constante démarche de développement durable.

Espace qui se veut unique en Europe, Terra Botanica, aux portes d’Angers, a été conçu pour plonger le visiteur dans un univers végétal qui, à la différence d’un parc botanique classique, lui fera vivre des émotions nouvelles grâce à la densité des sujets mis en place. Les premières interventions portent sur les terrassements et l’installation de la base vie sur laquelle plus d’une centaine d’entreprises et près de 350 personnes travailleront à la construction du parc pendant près de 24 mois.

Des formes surprenantes. Plus de la moitié des arbres, dits exceptionnels par leur taille ou leur âge, ont déjà été réservés en pépinière pour créer la structure du parc avec, parfois des formes surprenantes et expressives, résultat d’un travail de taille de formation minutieux réalisé par les producteurs qui ont été sélectionnés en Pays de Loire et dans de grandes pépinières européennes. À cette strate arborée exceptionnelle s’ajouteront d’autres végétaux : arbres de taille normale, arbustes, plantes grimpantes, plantes de haies, vivaces et graminées (16 000 m2), annuelles et bulbes (7 500 m2), végétaux aquatiques (2 600 m2). Des plantes plus exotiques seront importées d’autres continents, comme ces fougères arborescentes d’Australie acclimatées par des pépiniéristes régionaux avant leur installation sur le parc. À noter que la sauvegarde du plus grand nombre d’espèces présentes sur le site chênes, frênes têtards, haies bocagères…) a été une priorité du paysagiste, les niveaux de sol et le tracé des pièces d’eau ayant été adaptés pour les préserver. Des murs végétalisés (1 700 m2) viendront habiller les bâtiments érigés sur le site.

Réduire les arrosages. Le CG 49 a inscrit le projet dans une démarche de développement durable. Cette volonté se traduit au niveau de la gestion de l’eau – où l’objectif est de limiter l’impact du projet et de gérer les surdébits - par la réduction des quantités d’arrosages en regroupant les végétaux ayant les mêmes besoins et la présence d’un système centralisé (la possibilité de prélèvement en nappe a été [...]

Cet article est réservé aux abonnés Paysages Actualités, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur