En direct

Termites Un traitement préventif

bertrand escolin |  le 13/06/1997  |  Réglementation techniqueBoisGros œuvreRéglementation thermiqueMaison individuelle

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation technique
Bois
Gros œuvre
Réglementation thermique
Maison individuelle
Matériel de chantier
Immobilier
Logement
Technique
Hygiène
Valider

Une intervention avant coulage des fondations. Une technique d'épandage et un matériel spécifique.

Comment construire sans risque dans une zone envahie de termites ? La société Maindron, qui a développé depuis neuf ans ses propres techniques et son matériel de traitement, vient de réaliser un chantier de prévention pour une maison individuelle de 150 m2 à La Baule.

« Sur des sols friables comme le sable littoral, explique Georges Maindron, il faut imprégner le sol le plus tard possible pour que le film ne soit pas délavé : c'est donc la veille du bétonnage que l'on traite les fondations et murets de soutènement par épandage d'une solution à base de Xylophène Biflex (Xylochimie). » Ce concentré émulsionnable insecticide et anti-termites peut s'adapter à tout type de terrain, argile, calcaire ou sable, facilitant le dosage de la concentration nécessaire en fonction de la porosité du terrain. Car la clé de l'efficacité du traitement repose dans l'homogénéité de son épandage : 750 l de solution ont été pulvérisés et injectés sur les surfaces planes et soubassements au moyen d'une lance hydraulique reliée aux cuves de traitement. Comme l'apport de remblai en fin de chantier peut être infesté de termites, des injections à intervalles réguliers (tous les 20 cm) à 40 kg de pression (débit de 1 l/s) renforcent l'épandage général dans le remblai, qui a été traité à l'insecticide.

Bon dosage et qualité de l'épandage contribuent à l'efficacité du traitement. Si la concentration est insuffisante, les termites passent. Si elle l'est trop, le produit est lavé dans le sous-sol. « Sans compter le risque d'une application sans masque ni gant, ni tablier de protection », remarque Georges Maindron.

Le rapport qualité/prix est évident : si l'on respecte les doses en fonction de la nature du sol, le coût d'un traitement préventif ne représente que 1 % du coût de la construction. Dix fois moins que le coût d'un traitement curatif !

PHOTO : Traitement des fondations et murets de soutènement par épandage d'une solution à base de Xylophène Biflex (Xylochimie).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Jean Prouvé - 5 maisons sur mesure

Jean Prouvé - 5 maisons sur mesure

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur