En direct

Tendances et perspectives : le bâtiment plie mais ne rompt pas
Annie Chauzu / Associée KPMG - © © Charles Mangin

Tendances et perspectives : le bâtiment plie mais ne rompt pas

Propos recueillis par Julien Beideler et Frédérique Vergne |  le 30/11/2012  |  Entreprises

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Conjoncture
Entreprises
Valider

Avec un volume d’activité en recul, une trésorerie en berne, des carnets de commandes en deçà de la normale, le bâtiment abordera 2013 avec inquiétude. C’est ce qui ressort de l’étude annuelle « Tendances et perspectives » réalisée par KPMG et rendue publique le 3 décembre 2012. Annie Chauzu, associée KPMG et responsable du réseau « Entrepreneurs du Bâtiment » en livre les principaux enseignements.

Annie Chauzu / Associée KPMG
Annie Chauzu / Associée KPMG - © © Charles Mangin

Quelle est aujourd’hui  la santé des PME/TPE du bâtiment ?

La crise reste d’actualité dans les esprits de nombreux chefs d’entreprise interrogés. Seuls 37% d’entre eux prévoient une évolution positive de leur carnet de commandes à fin 2012. Il en est de même pour la rentabilité. Une entreprise sondée sur trois (33%) enregistre une baisse significative de son résultat net au premier semestre 2012 contre une sur cinq à la même période de l’an dernier.

Toutes les entreprises sont-elles touchées par la crise de la même façon ?

Ce sont les entreprises de 10 à 19 salariés qui sont le plus impactées, tant au niveau de leur chiffre d’affaires que de leur rentabilité. 40% d’entre elles ont vu leur résultat net diminuer, contre 25% en 2011. Les entreprises de plus de 20 salariés ont moins subi la baisse  avec 21% tandis que la moyenne est à 33%. Quant aux TPE (1 à 2 salariés), 46% d’entre elles déclarent un premier semestre 2012 davantage rentable que le second semestre 2011.

Avez-vous constaté des disparités régionales ?

Les entreprises de la région Grand Est sont de très loin les plus impactées par la conjoncture avec un chiffre d’affaires en berne et une rentabilité qui s’effondre (46,2% des dirigeants déclarent  en 2012 une baisse de leur rentabilité contre 14% en 2011). A l’opposé, les entreprises du  Sud-Est semblent connaître une belle stabilité tant au niveau du chiffre d’affaires que de leur rentabilité, avec 52,6% qui prévoient une rentabilité en hausse fin 2012, contre 40% en 2011.

 Les trésoreries se dégradent-elles encore ?

Selon notre enquête, près d’une entreprise sur quatre a souffert de problèmes de trésorerie en août dernier. La tendance à la baisse se poursuit en 2012 avec 24% des dirigeants dans cette logique, contre 21% en 2011. Par contre, les entreprises de plus de 20 salariés s’en sortent plutôt mieux puisqu’elles ne sont que 18% à voir se dégrader leur trésorerie. Ce constat est d’ailleurs à mettre en perspective avec les délais de paiement, sujet qui préoccupe davantage les entreprises de BTP que l’année dernière. 38% des dirigeants constatent une évolution négative des délais de paiement, soit +13% par rapport à l’an passé. Bonne nouvelle cependant, le crédit fournisseur reste inchangé et varie entre 40 et 48 jours, alors que l’on est censé être à 45 jours.

Les entreprises du BTP ont maintenu leur effectif en puisant sur leur trésorerie. Mais celle-ci étant mise à mal et, sur un marché atone,  quelle est la politique d’embauche envisagée ?

28% des entreprises ont embauché au moins un salarié lors des 8 premiers mois de l’année 2012, soit une baisse de 4% par rapport à 2011 et 9% par rapport à 2010. Le recrutement de nouveaux salariés n’est clairement pas une priorité : seuls 18% des sondées pensent embaucher d’ici septembre 2013 (contre 23% en 2011 et 28% en 2010). Ce ralentissement des embauches  a entraîné une optimisation de la gestion du personnel sur les chantiers et explique la hausse depuis deux ans du ratio productivité (gros œuvre : +5%, couverture : +2%).

Quelles sont les priorités des chefs d’entreprises pour 2013 ?

La démarche commerciale arrive en tête des préoccupations avec 54%, contre 44% l’an dernier. Cela sous-entend de se développer sur de nouveaux marchés, de fidéliser les clients et de s’adapter à de nouveaux modes commerciaux, comme par exemple l’utilisation croissante des sites Internet par les clients. Pour saisir les opportunités de marchés, les dirigeants ne pourront pas faire l’impasse sur la formation du personnel, qui n’est pourtant citée qu’à 14%. La seconde priorité, à 37%,  reste comme l’année dernière la recherche de rentabilité des chantiers. Avec des hausses de prix des matériaux difficiles à répercuter dans les devis et des marges qui s’effritent d’année en année, les chefs d’entreprise  ont conscience qu’il faut travailler sur leur marge opérationnelle et notamment dans les structures de 6 à 9 salariés (42%) et de 10 à 19 salariés (41%). En troisième position des priorités arrive le recouvrement des factures, avec 21%. Aujourd’hui cette action est l’affaire de toutes les entreprises quelle que soit sa taille et plus uniquement celle des TPE.

Au regard de votre étude, quels conseils donneriez-vous  aux chefs d’entreprise pour aborder l’année 2013 ?

La croissance ne peut se faire qu’en corrélation avec une démarche de progrès dans l’entreprise. Les dirigeants ne pourront plus faire abstraction des nouvelles technologies, autant au sein de leur entreprise que sur les chantiers. Tous les moyens qui relient les hommes du terrain entre eux, qui facilitent les relations entre les partenaires, qui les rendent visibles sur l’ensemble des lieux où le client est présent, sont fondamentaux à ce jour : Internet, réseaux sociaux, blogs, etc… Ainsi, l’image de l’entreprise est modernisée, les nouvelles générations de clients sont mieux captées... Il est aussi  indispensable pour l’entrepreneur du bâtiment de proposer une offre globale, qui a entre autres le mérite de répondre à la demande du client et de faire baisser le prix en mutualisant les coûts.

Le chef d’entreprise se trouve souvent démuni parce qu’en gérant le quotidien au plus pressé, il ne prend pas le temps de « se poser » pour réfléchir aux orientations à prendre. Avez-vous une méthode qui pourrait l’aider ?

Dans cette période complexe, je peux conseiller aux dirigeants de prendre du recul afin d’identifier les principaux risques potentiels encourus par leur entreprise, par exemple : matériel obsolète, approche commerciale peu adaptée, personnel peu formé aux nouveaux matériaux, fonds propres insuffisants pour l’investissement, transmission d’entreprise, … Cette analyse orientera le chef d’entreprise dans les domaines prioritaires de décisions : finances, RH, management, etc … pour se concentrer sur les actes clés de direction et anticiper, dans le contexte actuel, les évolutions stratégiques de l’entreprise.

Méthodologie

L’étude “Tendances et perspectives du bâtiment 2012” a été réalisée sur l’évolution du secteur du Bâtiment au cours des cinq dernières années, de 2007 à 2011. Elle porte sur un échantillon de 2 824 entreprises clientes dans les secteurs du Gros Œuvre, des Aménagement/Finition, de la Couverture/Plomberie/Sanitaire/Electricité et la Menuiserie/Serrurerie. L’enquête d’opinion a été administrée par téléphone au cours de la période du 27 août au 15 septembre 2012 auprès de 800 dirigeants du bâtiment. La représentativité de l’échantillon a été assurée par un échantillonnage raisonné sur les quotas en matière de taille salariale, secteur d’activité et région. L’analyse des tendances sociales porte sur un échantillon d’environ 1 481 entreprises dont la gestion sociale du personnel a été confiée à KPMG Facilio® et dont les codes NAF correspondent aux secteurs d’activité analysés pour l’ensemble de l’étude “Tendances et perspectives du bâtiment 2012”.

Commentaires

Tendances et perspectives : le bâtiment plie mais ne rompt pas

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil