Réalisations

Téhéran inaugure la quatrième plus haute tour de télécommunications au monde

435 mètres. C’est la hauteur de la tour Milad, inaugurée mardi 7 octobre, et qui doit devenir l’un des emblèmes de Téhéran.

Inspirée de l’architecture islamique, la tour, bâtie sur les collines du nord-ouest de la capitale, a été achevée après 11 ans de travaux, pour un coût d’environ 194 millions de dollars.
Haute de 435 m (dont une antenne de 100 m), la tour est coiffée d’un toit de métal et de verre haut de 12 étages et large de 60 m, qui accueille un restaurant panoramique, une galerie d’art, un centre commercial, une pépinière d’entreprise et une terrasse extérieure ainsi que des zones réservées aux systèmes de télécommunications.

Selon ses concepteurs, la tour Milad est la quatrième plus haute du monde après la tour CN de Toronto (Canada), la tour Ostankino de Moscou et l’Oriental Pearl de Shanghai (Chine).
« La tour Milad va entrer dans la mémoire collective des Iraniens », s’est félicité le maire de Téhéran, Mohammad Baqer Qalibaf, lors de la cérémonie d’inauguration.
Selon le maire, qui a succédé à Mahmoud Ahmadinejad après l’élection de ce dernier à la présidence iranienne en 2005, le manque de capitaux, des problèmes techniques et les sanctions internationales contre l’Iran en raison de sa politique nucléaire ont retardé le projet.
« Notre politique est d’accélérer les travaux des projets inachevés », a expliqué M. Qalibaf, rival de M. Ahmadinejad pour l’élection présidentielle.
Pour le président du conseil municipal de Téhéran, Mehdi Chamran, la tour rappelle les minarets de l’architecture islamique qui pouvaient être vus à des kilomètres à la ronde.
« J’espère que les appels à la prière résonneront depuis cette hauteur à travers la ville », a-t-il dit.
Avec AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X