En direct

Techniques originales pour le conservatoire

CHRISTIANE PERRUCHOT |  le 15/11/2013  |  Collectivités localesBâtimentDoubs

Belfort -

Décalées au 15 novembre dans le Territoire de Belfort, les Coulisses du bâtiment invitent 500 collégiens à la visite du chantier du conservatoire départemental de musique et de danse sur le site du Fort Hatry. Au stade du gros œuvre (réalisé par l’entreprise Albizzati), le projet de la communauté d’agglomération de Belfort offre un bel exemple pour susciter des vocations dans les métiers du bâtiment.

Un cas d’école

Constitué d’une imbrication de parallélépipèdes dotés de grandes surfaces vitrées, le bâtiment de 3 800 m 2 met en œuvre des techniques peu ordinaires.
Au choix du béton architectonique en guise de revêtement de façade, l’architecte strasbourgeois, Dominique Coulon, ajoute une géométrie particulière : de forme et de taille différentes, plusieurs volumes présentent des porte-à-faux jusqu’à 17 m. L’enveloppe contient une grande quantité d’acier. « En raison de la faible épaisseur des murs et de leur grande hauteur, le ferraillage augmentait le risque de poches d’air », explique Pascal Monge, chef de chantier. Formulé avec un pourcentage de sable supérieur à la moyenne, le béton contient un produit fluidifiant qui n’altère pas sa résistance.
Des coffrages dédiés rendent possible le coulage des planchers suspendus et la réservation des ouvertures, en retrait de 50 centimètres par rapport à la façade. Un sol de remblais renforce les dispositions exigées par les normes parasismiques. Mises en œuvre par l’entreprise Franqui, les fondations se composent d’une centaine de pieux jusqu’à 42 mètres de profondeur.
Démarré en septembre 2012, le gros œuvre s’achèvera cet hiver. Au printemps, le second œuvre prendra le relais pour une livraison à l’automne 2014.
Présents aux Coulisses du bâtiment, les menuisiers Hunsinger dee Weislingen (Bas-Rhin) et Négro de Bavilliers (Territoire de Belfort) réalisent respectivement les menuiseries extérieures et intérieures ; tandis qu’Eimi d’Etupes (Doubs) installe l’électricité et le chauffage.

Neuf millions d’euros

« La visibilité de l’équipement, depuis les remparts et la statue du Lion, justifie la contribution de l’architecte des bâtiments de France aux études d’intégration », explique Steve Letho Duclos, chef de projet à l’agence Dominique Coulon & Associés. Le maître d’œuvre a également pris en compte le voisinage du gymnase Le Phare, conçu par son confrère Borja Huidobro.
Destiné à remplacer le conservatoire du centre-ville, l’équipement mobilise 9 millions d’euros TTC. Il permettra à la Ville et à la communauté d’agglomération de regrouper leurs services ouverts au public.

PHOTO - 759594.BR.jpg
PHOTO - 759594.BR.jpg

Commentaires

Techniques originales pour le conservatoire

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur