En direct

Technique mixte pour les crémaillères du Grand stade du Havre
PHOTO - 593668.HR.jpg - © P. BOULEN

Technique mixte pour les crémaillères du Grand stade du Havre

Gilles Rambaud |  le 28/10/2011  |  Seine-MaritimeIngénierieEntreprisesMatériel de chantierSport

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Seine-Maritime
Ingénierie
Entreprises
Matériel de chantier
Sport
Technique
Bâtiment
France
Valider

Vinci a combiné coulage, préfabrication, banches standards et coffrage sur mesure.

Qui accepte de construire un stade doit s’attendre à des difficultés au niveau des crémaillères, ces poutres dentelées qui soutiennent les gradins et constituent, le plus souvent, la partie la plus délicate à réaliser. Le Grand stade du Havre ne fait pas exception et Vinci construction France a dû étudier très en amont les matériels et les procédures à mettre en œuvre. Pour les 36 crémaillères prévues, Vinci a opté pour une technique mixant coulage, préfabrication, banches standards et coffrage sur mesure. Les crémaillères sont préfabriquées au milieu du chantier : réalisées en deux parties, collées ensuite l’une contre l’autre. « C’est une question de poids, explique François Courcol de chez Simpra, qui a réalisé le moule. D’un seul tenant, elles n’auraient pas pu être mises en place avec les grues du chantier. »

Biseauté en bas, arrondi en haut

Ces crémaillères sont déposées sur deux voiles de soutènement, qui eux sont coulés en place. De tailles variables, d’architecture complexe, ils auraient pu être réalisés dans un coffrage sur mesure : coûteux et inutilisable à la fin du chantier. Vinci a privilégié un matériel standard : des banches métalliques Hussor tout à fait classiques. Pour le voile bas, celui qui portera les sièges proches de la pelouse, deux banches superposées suffisent. En haut, en revanche, il en faut cinq, pour un voile coulé de grande hauteur (12,70 m), ce qui est tout à fait à la portée de ce matériel. Mais l’architecte a travaillé les angles formés par la crémaillère inclinée et les deux voiles qui la portent : biseauté en bas, arrondi en haut. D’où la réalisation par Simpra d’un mannequin amovible qui vient s’intercaler à l’intérieur du coffrage pour lui donner la forme voulue. « Marier les deux matériels a été un gros travail. Nous avons dû étudier très en détail les caractéristiques techniques des banches Hussor pour être sûrs que les deux matériels allaient s’épouser parfaitement et que l’ensemble allait supporter les pressions du coulage », se souvient François Courcol. Le mannequin arrondi est le plus complexe : il est installé sur une structure en hauteur, qui supporte également une partie des banches. Il est mobile et bien sûr transformable selon la taille du voile à réaliser. Chassez le « sur-mesure », il revient au galop ! Gilles Rambaud

PHOTO - 593668.HR.jpg
PHOTO - 593668.HR.jpg - © P. BOULEN

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Dématérialisation de la commande publique

Dématérialisation de la commande publique

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur